Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de 1723020984616385

Myriam Arbo

Rhône-Alpes.
Avant la conception des phrases, il y eut les mots, et bien avant la conception des mots il y eut les lettres. Je reproduisais des heures durant les lettres qui s'offraient, tel un tableau, dans les manuels scolaires de ma soeur ainée. J'avais à peine trois ans. Très vite la lecture, l'écriture sont devenues de véritables amies. L'écriture était ma confidente, un exutoire à mes ressentis, sous forme de poésie. Des idées de romans germaient au fil des années, sans jamais prendre le temps d'en écrire ne serait-ce qu'un seul. Et puis un jour, je me suis véritablement jetée à l'eau.
Ce premier roman, la nuit des fées, sera suivi d'un autre tome. Il est en écriture/relecture.
24
œuvres
11
défis réussis
91
"J'aime" reçus

Œuvres

Myriam Arbo

Aujourd'hui, ils ont prié pour moi
Tout comme hier.
Et demain, ils prieront encore.
Ils prieront pour moi, pour d'autres. Ils demanderont à Dieu de sauver un monde qui s'écroule.
Trois semaines.
Trois mercredis, où je tente de retrouver un chemin.
 Il est près de moi, me conseille, m'écoute et me guide.
Accroché à une chaîne d'argent, la médaille de Saint Benoît.
Je la porte comme un cadeau. C'est lui qui l'a bénie.
Mystères des dix commandements. Enfin dévoilés ! Je ne soupçonnais pas avoir tant pêché au cours de ma vie !
Il est venu à ma rencontre sur le parking, m'a tendu la main, m'a sourit.
J’éteignais mon portable. J'avais deux minutes de retard.
- Vous avez un peu de temps devant vous ?
- Une heure environ.
Il a regardé sa montre.
Il la regarde souvent.
Je commence à connaître les dédales de l'abbaye.
Nous retrouvons la même alcôve.
- Connaissez-vous le sacrément de pénitence ?
- Non pas vraiment.
Je me sens un peu bête là. Il m'explique.
Et me dévoile une heure durant, la panoplie des dix commandements.
Il me croit larguée.
- Vous désirez que je vous laisse un fascicule qui résume tout ceci ?
 - Non, j'ai bien écouté, tout compris et bien retenu.
Ma veste glisse du dossier de chaise. Il la ramasse.
- Merci
Je me sens vieille, laide et gauche.
- Quel âge-vous  ? me demande-t-il
- 35 ans.
Il aurait dû être laid. J'ai regardé ses mains. J'ai vu la couleur de ses yeux derrière les lunettes . J'ai croisé son sourire quand il pensait que je ne comprenais pas.
Saint-Benoît déjouait les pièges des démons, les empêchant d'entrer dans un monastère.
Je suis là dans une abbaye. Je ne suis donc point un démon.
Je reste bien sage, et je demande à Dieu, à Marie et à tous les saints, d'éloigner des pensées naissantes.
En face de moi, ce n'est pas un homme. Mais un serviteur de Dieu. Peut-être même est-ce un ange. Le respect  s'installe en mon esprit.
Quel âge peut-il avoir ? 35, 38, 42 ? Comment, si jeune, peut-on choisir une vie monacale ?
Mercredi prochain, il me pardonnera par la grâce de Dieu, mes fautes passées.
















2
2
1
6
Défi
Myriam Arbo

La mer gronde.
L’horizon enfile peu à peu un manteau de pluie.
Nous sentons la tempête approcher.
Je m’appelle Fredon.
Deux années, déjà. Deux années ou nous naviguons au gré du vent.
Deux années, où la Comté et ses vertes vallées, les vastes prairies et le parfum mêlé de nos fleurs aux couleurs chatoyantes ne sont plus qu’un souvenir.
J’ai le mal du pays ce soir.
Que font mes amis ?
- Sam, cher Sam ; Mon fidèle et courageux compagnon. Qu’il soit heureux !
Mon oncle Bilbo, s’est éteint voila trois lunes.
Je reste le seul de la Comté à bord.

La solitude m’emplit soudain l’âme.

Gandalf est à la barre.
Je sens son regard percer les sombres nuages. J’imagine son visage, sourcils froncés, quelques rides d’anxiété venant creuser un peu plus ses traits.

Lui aussi l’a pressenti.
Nous avons essuyé maintes tempêtes. Mais nous savons tous deux que celle-ci sera la plus violente.
Les elfes préparent les amarres d’or de l’Elfira.
Mais le gréement se libérera cette nuit .
Déjà l’averse.
2
6
12
5
Myriam Arbo
Je ressors un vieux manuscrit de poésies, de textes, de réflexions intitulé l'Ombre du temps.
5
0
9
1

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

Par passion, parce qu'en moi il y a des dizaines et des dizaines d'histoire qui me viennent au quotidien. Il faut bien un jour faire vivre ces fictions. Au risque, sinon, d'avoir, la tête qui explose.
0