Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Antoine Delouhans

Latour de Carol (66).

Bonjour à toi visiteur impromptu, serial lecteur ou auteur qui, comme moi, cherche a donner vie aux univers qui se modèlent dans notre esprit.

Je m'auto publie via la plateforme BoD et vous piuvez trouver deux de mes romans : Eden, la fin d´un monde et InLife, qui vient juste de sortir.

InLife en version numérique GRATUITEMENT, sur toutes les plateformes :)

A bientôt pour partager, communiquer, s'entraider et surtout se lire :)

22
œuvres
14
défis réussis
156
"J'aime" reçus

Œuvres

Antoine Delouhans
Le Commandeur Jewel est appelé sur une scène de crime, dans la cité de Furia, bâtie sur les ruines de l'ancienne Paris. Rien ne le prédestinait à faire cette rencontre aussi étonnante qu'inattendue, qui va le plonger au coeur d'un complot, bouleversant sa vision du monde et de lui-même.

InLife est un roman auto-publié via la plateforme de distribution Book On Demand, disponible en version ebook et papier. C'est le premier tome d'une série de romans courts (novella) dont le tome 2: Murmures, vous sera bientôt proposé.

La couverture est réalisée par mon épouse:)
17
22
15
71
Défi
Antoine Delouhans


J'aime mon métier. D'aucuns diront qu'il ne faut pas se respecter pour se vendre. Mais je ne vends pas mon âme, je vends mon temps, et parfois même mon corps, pour le plaisir et le bonheur de mes clients, et souvent même pour le mien !
Cela fait quelques années que j'ai commencé cette activité, d'abord pour tenter de me faire un peu d'argent en plus, puis j'ai vite compris que j'étais fait pour ça. Que mon métier était devenu ma passion ! J'ai abandonné mes études de droit et me suis plongé avec assiduité dans l'étude de l'autre, de ses mœurs, de ses déviances, de ses plaisirs.
Mes seules règlent étaient que je devais toujours pouvoir choisir mes clients, et que toute violence ou humiliation était interdite. Sinon, je pouvais être appelé pour boire un verre en soirée, apparaître au bras d'une célibataire à un gala, dîner au restaurant et parfois, passer une nuit ensemble.
Quand mon téléphone sonna ce soir-là, je savais qu'il se passait quelque chose d'étrange, ma patronne ne m'appelait jamais le dimanche !
— Bonsoir David, j'aurais besoin de tes services ce soir, je sais, c'est dimanche, c'est ton jour de repos, mais je ne t'appellerais pas si ça n'était pas important, et surtout, très intéressant! Nous devons rejoindre un client au George V dans une heure. Tu pourras y être ?
— Nous ?
Oui, nous ! Il nous a demandés tous les deux ! C'est pour 30 000 chacun beau brun, je ne prends rien sur ta part ! C'est plus que le salaire annuel de la plupart des Français, tu sais...
— 30 000 ? Je m'étouffai presque. J'y serai, pas de soucis Meg.
— Merci mon ange, tu es parfait ! Je te revaudrais ça !
Je raccrochai et filai sous la douche Une demi-heure plus tard, j'avais enfilé un costume de haute couture que m'avait offert une Américaine et qui valait une petite fortune ! Mes cheveux bruns étaient mis en arrière, de manière désordonnée, tenus par une cire mat qui donnait un effet décoiffé naturel. Je jetai un œil dans le miroir une dernière fois, mes cils étaient noirs ce soir et faisaient ressortir le bleu grisé de mes yeux. Je pinçai mes lèvres pour en faire ressortir la couleur, et sortis chercher ma voiture.
Mes moyens maintenant me permettaient de rouler au volant d'une Aston Martin v12 Vantage. Le ronflement du moteur n'était pas désagréable. Pour tout avouer, je n'ai jamais été un grand adepte des voitures, mais dans ma profession, cela me permettait de créer des entrées remarquées. Il faut bien emballer le produit.

Je me retrouvais donc légèrement en avance devant les portes du Cinq, illuminé plus par sa notoriété que par les éclairages sophistiqués. J'étais le premier arrivé et j'avais une envie terrible d'allumer une cigarette, mais avant un rendez-vous, je me l'interdisais. J'avais une réputation, et une haleine de tabac pour un client prestigieux, ne ferait pas bonne presse. C'est alors que je commençais à m'impatienter que je vis Meg arriver. Elle était sublime. Une robe de soirée d'une sobriété exquise. Pas de fioriture, pas de dentelle, juste un tissu noir profond qui semblait peint sur sa peau, tant il épousait ses formes parfaites. Le léger décolleté mettait en valeur une poitrine généreuse, mais sans excès, alors que les épaules et le dos étaient nus. Le pan qui descendait jusqu'à ses chevilles était fendu jusqu'au milieu de la cuisse. À chaque pas, une jambe ferme et fine ressortait, hypnotisant toute âme environnante dans un mouvement gracile. Ses talons hauts claquaient, résonnant au rythme dynamique qu'elle avait toujours.
— Ça va ? Demanda-t-elle devant mon air un peu perdu.
Je levais alors les yeux sur son visage presque angélique. Difficile de croire lorsqu'on la voit, qu'elle tient depuis quelques années, l'une des affaires d'Escort les plus florissantes de Paris. Elle avait une renommée mondiale et brassait des millions d'euros. Elle était si jeune, 30 ans au maximum, même si sa pudeur lui imposait la discrétion sur son âge véritable. Ses boucles noires témoignaient d'origines du sud de l'Europe, peut-être même du nord de l'Afrique... Ses yeux sombres étaient hypnotisant et me fixaient en attendant ma réponse.
— David ça va ? Insista-t-elle en pinçant ses lèvres fines dans un rictus inquiet.
— Oui, oui, me repris-je en raclant la gorge ! Tu es splendide ! Je ne t'avais jamais vu apprêtée pour une soirée.
Et en effet, même si elle était toujours parfaitement habillée, elle arborait la plupart du temps une tenue décontractée qui représentait l'âme de cette personne complexe. Je ne la connaissais pas vraiment. Nous ne nous croisions pas souvent, à part lors de notre rendez-vous mensuel pour lui remettre son pourcentage. Elle ne réclamait que 10 pour-cent. En plus d'être une femme charmante, elle était une femme d'affaires honnête et qui tenait à protéger ses employés.
Elle répondit à mon commentaire par un sourire espiègle et une étincelle dans le regard. Cette étincelle que l'on peut voir lorsque le compliment fait mouche.
— Allons-y, il nous attend déjà ! Lança-t-elle en me prenant par le bras.
Nous entrâmes. Quelques personnes se retournèrent sur nous. Notre technique était parfaite. Par notre seule présence, nous inspirions le désir, dans tous les sens du terme. Je me tenais, droit et fier avec un regard mystérieux et froid, alors que Meg offrit un sourire radieux au maître d'hôtel, au moment où il nous accueillit.
— Nous sommes attendus par monsieur Springfield.
Il nous conduisit immédiatement à une table ronde, qui se trouvait au fond de la pièce, légèrement en retrait, sans trop, pour ne pas attirer l'attention ! L'homme qui nous accueillit était d'une beauté époustouflante. Un visage à la symétrie parfaite, un blond faisant penser aux champs de blés dorés, des yeux verts qui nous scrutaient avec une attention exigeante.
Il nous fit signe de nous asseoir et nous débutâmes un dîner en tout point parfait. Notre hôte était d'une compagnie charmante, bien qu'un peu en retrait. Je découvrais Meg dans son jeu de séduction, et elle était maîtresse dans l'art. Jamais vulgaire, toujours dans une classe maîtrisée, mais pas guindée. J'apprenais à la lire, et je découvrais une personne intègre et franche. Notre hôte resta très mystérieux sur ce qu'il attendait de cette soirée, et je me doutais bien que pour la somme qu'il promettait, nous ne nous arrêterions pas à un simple repas...

40
47
148
33
Antoine Delouhans
« L’amour ne commence ni ne finit comme nous le croyons. L’amour est une bataille, l’amour est une guerre, l’amour grandit. »
James Baldwin


James est en pleine reconstruction personnelle, suite à un drame terrible, lorsque rentre dans son cabinet, une jeune femme dont la vie vient d'être complètement anéantie. Deux âmes perdues qui se comprennent, qui doivent faire face à eux-même, et aux découvertes bouleversantes, qui vont tout changer.

Couverture: Emmanuelle DELOUHANS
2
6
5
71

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

Parce que j'ai des histoires dans la tête. Des réflexions que j'aime partager, confronter, exprimer. Parce qu'on a tous besoin de rêver plus ou moins et que je suis un gros rêveur.

Listes

Avec L'Orichalque, La quête de l'Ordre : Tome 1 - Les trois reliques., Le Masque d'Argent ~ Tome 1 ~ Une Femme Bouleversante...
0