Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Moody Shy

Au ciel.
Moody Shy
Elle l'observe, elle rêvait de lui depuis longtemps. Seulement elle savait parfaitement qu'elle n'était pas la seule à être amoureuse de son senpai. Mais cette jeune sait une chose : son Senpai lui sera sien. Quoi qu'il en coûte.
0
2
9
9
Défi
Moody Shy
Ah les cerisiers japonais...
Qu'ils sont si magnifiques et inspirant à la fois !
3
1
0
0
Défi
Moody Shy
Ca y est, je crois que mon heure a sonné... Je suis là, dans ce lit qu'une infirmière avait soigneusement arrangé. Un stylo à la main, ta dernière page que j'écrirai mes derniers mots.
2
4
4
1
Défi
Moody Shy
Je suis Moody, et je n'ai jamais su comment me décrire, je ne trouve guère les bon mots. Parfois je m'en abstiens afin d'éviter tous problèmes, les gens ne me comprennent pas, pourtant eux, je les comprends. Qui sait, peut-être que toi lecteur comprendra mon caractère ? A toi de le voir...
2
1
21
1
Défi
Moody Shy

Il faisait tard, le ciel était habillé d'une vallée d'étoiles scintillantes, il était silencieux tout comme les rues. Chose qui est pourtant rare dans ce quartier. 


Au pied de mon appartement, je vérifiais si je n'avais pas de courrier, juste une seule lettre m'était destinée. D'une belle écriture était inscrit mon prénom à l'avant de l'enveloppe, les traits étaient ronds, soignés et gracieux mais étrangement personne dans mon entourage n'avait une si jolie écriture. Vaudrait mieux lire ce papier dans un endroit plus sûr, avais-je pensé.


Au fur et à mesure que j'avançais mes pieds se faisaient lourds, je me sentais tout étrange, plutôt angoissée. Qui pouvait bien être l'expéditeur ? Que me voulait-il ? Pourquoi seulement maintenant ? Toutes ces questions tourbillonnaient dans mon esprit, je n'aurais que ma réponse dans mon salon. 


Une fois bien installée dans le sofa, la mystérieuse lettre en main, mon rythme cardiaque galopait comme un cheval de course. J'essayai de prendre une respiration régulière, malheureusement ce fut un échec. Prenant mon courage à deux mains j'ouvris l'enveloppe, dépliais soigneusement le bout de papier et débutais la lecture.


"Ma chère Akane,


Cela fait maintenant une décennie que je me suis séparée de toi, sans même avoir eu le temps de t'enlacer dans mes bras. Ce n'est rien si tu ne te souviens plus de moi, je ne t'en voudrais absolument pas. 
Si je t'ai écris c'est parce que j'ai une mauvaise nouvelle à t'annoncer mon sucre, ton père n'osait guère te le dire et à choisi de se faire une vie avec une autre femme. Le jour de ton anniversaire, c'est-à-dire le 10 mai... Tu mourras.


Je sais c'est dur mais c'est ainsi, depuis ta naissance tu avais un virus. Les médecins t'ont fait subir plusieurs traitements mais échec s'en suit, ils avaient estimé que ta vie s'achèvera lorsque tu seras majeure. j'aurais tant voulu te câliner, te dire à tel point que je t'aime. Je sais que te perdre, toi mon unique enfant serait une déchirure que je ne pourrais tolérer. Du coup j'ai pris la décision de quitter ce monde avec toi, cela te paraîtra certainement stupide et égoïste de ma part mais j'ai tout perdu... Il y avait seulement toi que j'avais.
Je suis encore désolée et...
Je t'aime ma fille...
Maman"


Une larme avait quitté le coin de mon œil avant de s'échouer à la fin de ma joue et elle fut suivie de ses petites sœurs, ma gorge était nouée de douleur. Je froissais de colère et de dégoût le papier, elle n'était pas foutue de m'élever correctement, n'a jamais pris de mes nouvelles, a décidé de m'abandonner avec des vieux croûtons, j'ai dû vivre par mes propres moyens et c'est seulement maintenant qu'elle annonce la nouvelle. Je déchirais furieusement la lettre, si tu pouvais savoir comment je te hais, Maman.


Je jetais un coup d’œil à l'horloge, 23 h 30. Encore une demi-heure avant de quitter ce monde, je pris la peine d'écrire un mot à mes amis, Taro mon amoureux, les enfants de l'orphelinat, à tout ceux qui me sont chers.


Je m'allongeais confortablement dans mon lit, les bras croisés contre la poitrine. Je refermais doucement les yeux en murmurant :


Adieu.



1
2
0
2
Défi
Moody Shy
Un coup d'oeil à travers la fenêtre,
et l'idée est née.
0
0
0
0
0