Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Neeya

2
œuvres
1
défis réussis
12
"J'aime" reçus

Œuvres

Neeya

Ma Maë. la Best,
Tu te souviens au tout début?
Je ne te l'ai jamais dit, mais quand tu es arrivée la toute première fois au collège, je pensais que tu étais comme les autres: égoiste, méchante, ce genre de fille à te dire chaque fois que tu passes devant elle que tu es moche, que tu as de mauvais goûts, que tu es bête, que personne ne t'aime, que tu n'es qu'une kassos, que tu es nulle. Celle qui t'insulte et te critique tout le temps, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, dès que tu les croises.
Alors, j'avais peur de toi, peur que tu me rejettes, peur de ne pas être à la hauteur, mais surtout peur qu'elles aient raison. Peut-être qu'près tout, personne ne disait le contraire, au fond j'était peut-être moche, nulle et bête. Mes amies, elles ne pouvaient pas me remonter le moral, de toute façon, elles n'en avaient rien à faire. Personne n'en avait rien à faire. Peut-être avais-je percée le secret du pouvoir d'invisibilité, ou bien peut-être que je n'étais vraiment pas à la hauteur. Je ne savais pas et je m'apitoyais sur mon sort. J'en devenais dépressive.

Puis un jour, je ne sais plus lequel, il faut dire que je n'ai pas une grande mémoire, on a commencé à discuter, on a parlé et on tenait ainsi une conversation. C'est drôle parce qu'après, tout s'est passé très vite : très vite nous sommes devenue amies, puis confidentes. Lorsque nous étions en histoire-géographie, il n'y avait pas cinq malheureuses secondes sans que nous ne nous parlions. On se soutenait et à moi, tu me faisais du bien. Tu me rassurais et tu me faisais tout oublier en même temps.

C'était tellement nouveau pour moi, une vraie amie qui s'intéressait à moi et qui me soutenait. Alors, je faisais de même avec toi, mais je ne sais pas si je te rassurais autant que tu le faisais pour moi. J'aurais tellement aimé que cette courte période devienne infinie...
8
12
58
4
Défi
Neeya

Cette histoire, je la qualifierai d'improbable. Le genre d'histoire à dormir debout. Un truc qui n'a aucun sens mais qui fait rêver les enfants. Toutes ces choses à la fois.
C’était un soir de mai, après avoir dîné. Je me dirigeais dans ma chambre, ôtais mes vêtements, m’allongeais sur mon lit et me recouvrais de ma couverture. Alors que je tendais le bras pour éteindre la lumière qui éclairait ma chambre, je regardai d’un geste rapide et bref mon plafond. Lorsque mes doigts eurent actionner mon interrupteur et par conséquent, ma lumière, ils la rallumèrent instantanément. Je venais de voir une tache noire au plafond et voulais vérifier de quoi il s'agissait. Je fus d'ailleurs stupéfié d'apercevoir un cafard me faisant un simple duel de regard. Je ne bougeais pas et le fixai de peur qu'il ne tombelorsque je clignerai des yeux. Mes yeux me brûlaient, mais il ne fallat pas que je faiblisse. Il pouvait me tomber dessus à n'importe quel moment. Mais malgré mes durs efforts je faiblis et m'endormis malgré moi.
Soudain, une étrange sonnerie me réveilla. Je mis du temps à comprendre que mon réveil sonnait et que je venais de dormir ainsi trois longues heures et une fois cela fait, je voulus l'éteindre. Je me souvins alors, du cafard qui hantait ma chambre la nuit dernière. À ce moment-là, j'entendis un gros BOUM qui suivit ma chute. Quand je repris mes espris, je mis mais dans mes cheveux pour les recoiffer ( certains reflex de mec pour rester coiffer tout le temps).
Lorsque je fus recoiffé, ayant senti un léger crochet sur mon crâne et ayant un mauvais ressentiment, je regardis alors mes mains et tombis instantanément dans les pommes. Ce que je venais de voir dépassait de loin mon imagination, mais après reflexions je me dis que ce n'étais qu'un rêve.
Si seulement....
4
5
16
1

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

le plaisir
0