Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Plume*

Champagne-Ardenne.
Âgée de 20 ans, je vous présente l'intégralité de mes écrits et particulièrement "les chaînes du passé" qui reste le travail de nombreuses années. Ce n'est qu'une ébauche, mais j'y fonde tous mes rêves et c'est pourquoi je vous le partage. Par conséquent, n'hésitez pas à commenter, critiquer et laisser vos avis, tant que cela reste constructif.
Merci à vous et bonne lecture!
21
œuvres
16
défis réussis
297
"J'aime" reçus

Œuvres

Plume*
Dans la ville brumeuse de Wiscasset, Grey, un séduisant jeune homme de 19 ans, mène une vie solitaire depuis la mort violente de sa mère. Mais alors que l’année à déjà débuté depuis deux mois, il fait la rencontre d’une nouvelle élève du nom de Rose. Aussi mystérieuse que casanière, elle est son reflet dans le miroir.
Pourtant tout les opposent : leurs naissances, leurs rangs et leurs destins. Que faire lorsque l’équilibre des choses est sur le point de basculer au profit de forces aussi sombres, qu’insoupçonnés ?

Grey parviendra-t-il à comprendre et accepter une vérité qui le dépasse ?
191
146
1629
241
Plume*








Dans un monde où la science essaie sans succès d'expliquer l'incroyable et le surnaturel, l'inconnu demeure encore et toujours. Oubliez donc vos préjugés et vos réticences au profit de la curiosité et de l'intrigue dans ce récit (fictif). Quant à vous les plus jeunes, soyez vigilants!  

Les murs auraient une mémoire et conserveraient le souvenir de leurs habitants. Cela est une vérité que l'on ne peut nier lorsque l'on vit comme moi, une expérience aussi effrayante et traumatisante. Comment vous expliquer autrement que par mes yeux, cette période de ma vie qui aurait pu devenir la dernière... 
            Mon histoire commence en 2012, année durant laquelle je signai mon divorce avec mon ex-mari ainsi que la garde de mon petit amour. Une période de ma vie qui me plongea dans un tourbillon de solitude et de perte de confiance significative. C'est ainsi que je décidais de quitter définitivement mon passé et par cette même occasion les murs de l'ancien cocon familial et tout ce qui s'en rapportait. C'est dans cette optique des choses, que je décidais de contacter un promoteur immobilier. Aimable et professionnel, il ne cessa de faire nous faire visiter diverses demeures sans pour autant me faire chavirer, ni moi, ni mon fils, jusqu'à cette fameuse journée.

«Mademoiselle Hohz, comment allez-vous aujourd'hui ? me demanda-t-il particulièrement souriant.
Monsieur Johnsson, ravi de vous revoir.  


Et toi bonhomme, tout va comme tu veux? demanda le promoteur.  
Ça va, répondit-il timidement.   Qu'allez-vous nous présenter aujourd'hui ? Votre future demeure! s'exclama-t-il sûr de lui.   Je l'espère, répondis-je.»         





          La nécessité de déménager se faisait réellement ressentir au fil des jours, mais il était hors de question de favoriser l'urgence au confort. C'est ainsi que nous prîmes la route jusqu'à une ville appelée Newton. Une ville vraisemblablement contraire à mes espérances, immense, bruyante... De nombreuses questions parcouraient mon esprit, jusqu'à ce que nous arrivions sur les hauteurs de la ville. 


«Voici ma dernière carte, une maison particulièrement vaste, sans vis-à-vis et donc sans aucun bruit.  Oui, c'est vraiment mon idéal. Elle est splendide. En effet, rétorqua-t-il sûr de lui, ajouté à cela un grand terrain, que du positif n'est-ce pas ?  C'est certain. Qu'en penses-tu mon chéri ?  C'est joli, mais on est tout seul ici. s’inquiéta Thomas. Il est vrai qu'elle est à l'écart des autres habitations, mais n'est-elle pas sublime? Si, répondit-il. Allons-y ! »          




       Enchantée par cette trouvaille pour le moins exceptionnelle, je pris la main de Thomas avec entrain, avant de m'engager dans l'entrée de cette demeure. Nous commençâmes par la cuisine, le salon, sans oublier l'étage et ses immenses chambres. Chaque nouvelle partie de cette maison me plaisais, sans exception. 


«Maman ! Maman ! Je pourrais avoir une grande chambre à moi tout seul, ici ! Ce serait trop bien! Elle te plaît vraiment ? lui demandais-je amusée. Oui beaucoup. Quand sera-t-elle disponible? Dés maintenant, vous êtes la seule personne sur le coup. Signons la vente dès maintenant dans ce cas. »    
   
      C'est ainsi, que ma vie reprit son cours, loin de ce passé et de ces souvenirs douloureux. L'engouement fut tel que nous emménageâmes en ces lieux une semaine plus tard, avec l'aide de ma sœur et de quelques amis. Enfin mon renouveau commençait, incluant l'équilibre nécessaire à Thomas. Il s'ensuivit l'inscription de mon fils dans une nouvelle école, puis les derniers détails. 
 «Mon petit ange, tu es là?
Oui j'arrive, s'exclama-t-il, en descendant l'escalier à vive allure. Viens t'asseoir près de moi, dis-je amusée, alors ta chambre te plaît? Oui elle est super, me dit-il en me sautant dans les bras.  J'en suis très contente dans ce cas. Mais j'ai une mauvaise nouvelle pour toi... Ah bon ? dit-il en me regardant avec ses yeux emplis de questions. Oui, il est l'heure d'aller te coucher, dis-je en lui faisant des centaines de chatouilles. Arrête Maman, me répondit-il en riant aux éclats, j'ai mal au ventre. Alors cours vite jusqu'à ton lit ou je vais te manger, m'exclamai-je avant de le poursuivre jusqu'à sa chambre.»

       Caché sous sa couverture, je me mis à faire semblant de le chercher, jusqu'à ce que je l'entende rire. Amusée par ce petit jeu enfantin, je soulevai la couverture pour le prendre dans mes bras. Câlinant ses cheveux châtains, je lui souris avant de le coucher doucement dans son lit, un livre à la main. Il s'endormit si vite, que je n'eus même pas le temps de tourner ma troisième page. Heureuse de revoir un tel sourire sur son visage, je restais quelques minutes à caresser son visage d'ange. Il est vrai que ces derniers mois ne lui avaient pas été très bénéfiques, entre ces disputes incessantes, ces cris et ces pleurs. Jamais un enfant de sept ans ne devrait vivre de tels moments. Bien sûr, ma sœur nous avait apporté une aide précieuse et particulièrement lors de ses dernières semaines où elle le garda chez elle. Mais tout cela n'avait en rien arrangé quoique ce soit, bien au contraire. Thomas était très observateur et donc particulièrement réceptif à tous ces maux. Je profitais donc du lendemain pour aller faire quelques courses, rencontrant de nombreuses personnes, tout autant sympathiques les unes que les autres, jusqu'à ce que cette vieille femme vienne à mon encontre.


« Bonjour mademoiselle, dit la vieille dame.
Bonjour, lui dis-je surprise. Vous êtes nouvelle ici, ça se voit tout de suite, ajouta-t-elle d'une voix douce. C'est exact, rétorquai-je. Vous venez d'emménager dans la maison en haut ? demanda-t-elle d'un regard triste. Oui, comment vous... Ho, vous savez, je connais tout le monde ici, de plus j'ai ouï dire que la vieille maison dans haut venait d'être achetée, j'en ai donc fait le rapprochement. Je vois, dis-je suspicieuse. Ne vous ayant jamais vus auparavant, j'en déduis que c'était vous... me répandit-elle comme pour me rassurer. Ho, je vois. Excusez mon impolitesse, mais connaissez-vous les histoires que l'on raconte sur cette demeure? me demanda-t-elle sérieuse. Cesse d'effrayer cette demoiselle, grand-mère, dit une voix masculine derrière moi. Permettez-moi d'excuser ma grand-mère, mais vous connaissez les anciens et leurs superstitions, s'exclama-t-il dans un sourire gêné. Soyez la bienvenue. Ho ! Je ne crois pas à ces choses-là de toute façon, rétorquai-je en riant discrètement. Tant mieux rétorqua-t-il en rejoignant la vieille dame, bonne journée à vous. Au revoir. »


       Puis je repris le chemin du retour, avec malgré moi, une stupide appréhension. Un sentiment qui me poussa à observer ma maison. Bien entendu, rien de suspect ne se manifestait. Amusée par ma propre réaction, je souris avant de repenser à cette vieille dame. Cette dame devait sûrement avoir un problème psychologique ou quelque chose comme ça. Plusieurs jours passèrent durant lesquels j'oubliais peu à peu cette rencontre sans intérêt. Cette maison était tout à fait normale, comme on en compte des milliers. 







12
9
227
18
Plume*
Rose est sauvée. Mais à quel prix ? Grey se retrouve métamorphosée en une créature de la nuit avide de sang. Plus que jamais tiraillée entre son ignorance et sa peine, Rose doit affronter une terrifiante vérité. Une puissance colossale issue des ténèbres et de son passé se forme avec comme seuls objectifs : détruire sa race et celles encore réfractaires à un futur asservissant le bien et la liberté.
Mais parviendront-ils à dompter leurs propres démons intérieurs ?
Sauront-ils déjouer les pièges de leurs destiné ?
Et si la source du mal était plus sombre et plus proche que tout ce qu’ils auraient pu imaginer ?
8
0
165
31

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

Après avoir plongé dans un tourbillon de solitude et de tristesse, j'ai commencé à écrire des poèmes, puis des petits récits et finalement, je me suis lancée dans cette aventure: écrire mes propres textes, mon propre Roman. Écrivant de plus en plus chaque jour, je me suis mise à écrire pendant mes temps libres, pendant les cours... L'écriture à su m'aider à me relever. Elle est devenue essentielle à ma vie...

Listes

Avec une légende triste, Le brouillon d'une histoire, Le vampire qui ne voulait plus l'être, Le miroir d'Alice...
0