Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Malao91

Munich, Allemagne.
Je ne sais pas trop quoi dire.

Juste...

Bonne lecture!
8
œuvres
6
défis réussis
20
"J'aime" reçus

Œuvres

Malao91
Après avoir appris qu'elle ne recevrait plus une partie de ses subventions, l'association Lueur d'Espoir (LDE) se retrouve face à un grand défi: continuer à fonctionner normalement avec des sources de financement qui se tarissent. Bakary, Penelope, Vincent et Medi, meilleurs amis inséparables et membres historiques de LDE, ne vont pas vivre les évènements de la même façon et ils nous racontent chacun leur tour cette année décisive. Décisive pour LDE mais aussi pour eux sur les plans professionnel et personnel.
1
15
50
73
Défi
Malao91

Le jour où il a annoncé la nouvelle, il s'est débrouillé pour le faire quand toute la bande était là. Je crois qu'il avait peur de m'affronter. J'en suis même sûre, même s'il ne voudra jamais l'admettre.
 
On était dans la pièce commune lorsqu'il est entré évitant soigneusement de me regarder. Il y eut ce silence lourd et il dit:
"Je viens de recevoir la décision de mon club. Je ne serai pas renvoyé... mais ils ont décidé de m'envoyer en Australie."
"Tu pars quand?" demanda quelqu'un.
Il regarda par la fenêtre et répondit d'une voix sourde: 
"Dans trois semaines. Le 4."


Trois jours avant notre anniversaire.
 
Je ne dis rien, mais je sentis mon coeur s'arrêter de battre.
Toutes les têtes se tournèrent vers moi. Je restai silencieuse et eus mon petit sourire en coin, comme si j'étais déjà au courant. Je ne bougeai pas. Les gens commencèrent à lui poser des questions et je préférai ne pas écouter les réponses. Je fis comme si de rien n'était et poursuivis ma conversation de manière enjouée avec ma voisine de canapé.    
 
Le soir même, au cours du dîner, mon copain me demanda:
"Tu es sûre que ça va?"
Je haussai les épaules, ne pouvant pas répondre la bouche pleine.
"Tu n'as pas besoin de faire comme si tout allait bien ou comme si tu ne lui en voulais pas..."
Je posai calmement ma fourchette sur mon assiette, m'essuyai la bouche et répondit:
"Je ne lui en veux pas. Et je vais bien. Il a fait ce qu'il devait faire..."
Il insista:  
"Tu es vraiment sûre à 100%?"
"Oui. Tu voulais qu'il laisse ce père bourré frapper son enfant devant tout le monde? Soyons positifs, au moins il ne l'a pas tué."
Je me resservis en lasagne alors que mon appétit était coupé. Je souris à mon amoureux et lui tapotai affectueusement la main. Si quelqu'un observait la scène, il croirait que le départ au bout du monde de mon frère jumeau affectait plus mon copain que moi. 
Pour clore le sujet, je dis simplement:
"Je suis sûre qu'il restera là bas juste un temps. Il montrera qu'il s'est assagi et qu'il ne règlera plus ses problèmes avec la violence."   
Je souris de nouveau à mon chéri et lui fit signe de manger sa part de lasagne qui était en train de refroidir. Il ne reposa pas de questions, mais me regarda toujours avec un air soucieux. Plus tard, dans notre lit, je fis semblant de m'endormir en lui tournant le dos. Mais il se mit en cuillère contre moi et me serra si fort que je crus que mon coeur allait exploser.





Les trois semaines suivantes passèrent à une vitesse folle. Je me noyais dans le travail et continuais à faire comme si de rien n'était. J'aidais mon frère à préparer son départ comme s'il ne partait que pour quelques mois.
On organisa une grosse fête pour son départ. J'étais aussi de la partie et fis comme si son vol n'était pas prévu pour le lendemain. Comme si je ne savais pas qu'il n'avait pas vraiment de billet retour. On  prit des photos: j'avais l'air rayonnante. Je lui dis que je comprenais parfaitement pourquoi il avait réagi ainsi et que je ne lui en voulais pas. Qu'avec les nouvelles technologies, on n'aurait aucun mal à communiquer. Je lui mis du baume au coeur, pendant que le mien s'effritait progressivement.



Je souriais, mais j'avais peur. Peur qu'il m'oublie, qu'il trouve une nouvelle meilleure amie. Peur qu'il me remplace. Mais je devais sourire. Parce que je ne voulais pas paraître égoïste. Parce qu'il avait probablement sauvé la vie d'un enfant et que ma vie n'était pas si horrible que cela avec le recul.


 
Le lendemain à l'aéroport, j'avais la gueule de bois et je fis comme si c'était drôle. 
Toute la bande était là. 
Il enregistra ses bagages et on se rendit tous ensemble devant la porte d'embarquement. Il dit au revoir à tout le monde, un par un. Mon copain en avant-dernier. Je le vis chuchoter quelque chose à son oreille. Sûrement un truc du genre: "Prends bien soin d'elle."
Puis mon frère se tourna vers moi sans rien dire. J'avais toujours ce sourire enjoué et encourageant scotché sur mon visage. On se fit un câlin. Il me serra fortement contre lui et me chuchota:
"Désolé... Désolé... J'ai merdé, je suis désolé."
C'était la première fois de sa vie qu'il s'excusait pour quelque chose auprès de moi. Je resserrai mon étreinte par réflexe et sentit ma bouche trembler. Elle ne voulait plus avoir la banane. Je lui chuchotai:
"Ne pars pas. Je t'en prie ne pars pas. Ne me laisse pas!"
Il desserra un peu son étreinte et me regarda, les yeux brillants:
"Quoi?" 
Mes larmes et mon nez ne pouvaient plus s'arrêter de couler. Je reniflai péniblement et répétai, à haute voix cette fois et sans m'en rendre compte:
"Ne pars pas! Ne pars pas!"


J'entendis quelqu'un lui dire qu'il devait y aller. Il venait d'être appelé pour embarquer. 
Je n'arrivai plus à sourire. C'était fini. Je le repoussai brusquement et m'enfuis en courant à l'aveugle. J'entendis mon copain m'appeler et se précipiter derrière moi.
Je finis par trébucher et tomber lourdement par terre. Mon amoureux s'assit à côté de moi et me serra fort contre lui en me disant que les choses iraient bien.


Je pleurais. Je pleurais comme une madeleine.
Je ne souriais plus.
Sourire n'avait plus de sens pour moi.
3
14
24
4
Défi
Malao91
Mon texte raconte le premier rendez-vous "amoureux" de Penelope et Bakary, deux des personnages principaux de mon roman Lueur d'espoir.

Cette scène est racontée à la troisième personne et ne sera pas présente dans mon roman (car selon moi, elle n'apporterait pas grand chose au récit), mais cela m'a amusée d'imaginer comment leur premier rendez-vous s'est déroulé. Bonne lecture ;)

Des questions? Des commentaires, je suis preneuse!

PS: ceci n'est pas un "placement de produit" pour Deadpool. J'ai juste adoré Deadpool. Et Eddie The Eagle ;)
0
4
13
6

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

Si la question est "dans quel but?", Je dirais pour pouvoir toucher au moins une personne avec mes mots Mais j'écris aussi parce que cela me permet de me vider l'esprit et de créer un univer où je me sens à ma place
0