Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Lord shaatis

Lord shaatis
Un homme se réveille après une mauvaise nuit, et découvre qu'il est enfermé dans une chambre,et, comble du malheur, qu'un vieux cyborg à la voix féminine le retient prisonnier.


Cette nouvelle est la première d'une longue série, celle des chroniques de Provideniye.
4
4
76
10
Défi
Lord shaatis

Donc c est lhistoire de jean qui est en fait un martien de lespace et qui a pour but de tuer les humain mais comme lnile lui avit dit que bah il peut pas, il a donc decide daller dans la ville de newyork, dans l'esspoirre de battre la metre des martien squi avait battu l'ordre des venusioen de saturne pour commencer l'histoire avec ,Michelle, une fille qui a tomber amoureuse de jean en battant des humains dans l'es^pace.Ils arrive donc dans la ville et ça commmence
3
10
0
0
Défi
Lord shaatis

Je regarde l'heure. Cinq minutes avant la fin du contrôle. La tension m'accable.
Il me reste trois problèmes, et toujours pas de réponses. Je m'arrête une minute d'écrire, je suis hésitant .
Soudain, l'illumination . Je me met à écrire comme un fou, à parcourir le papier quadrillé à une vitesse folle. Mais la cloche retentit bruyamment .
J'arrête de griffonner le papier, je m'allonge une minute, énervé d'être si bête .
Alors, on me range dans la trousse, on met cette trousse dans le cartable, et mon propriétaire se lève, et part de la classe.
7
21
2
0
Lord shaatis

Aleksey s'asseya à la table de l'arrière boutique, juste en face de Jacques, qui reposa son verre, et lui dit, un grand sourire au lèvres :
-Salut le merdeux !
-Yo, le vieux schnock....
Aleksey ne voyait pas son verre, qui était habituellement là à son arrivée :
-Tu ne m'a pas commandé quelque chose ?
-Je ne t'attendais pas si tôt, pour tout te dire....
Le jeune homme soupira :
-Je reviens, Je vais commander .
Il passa le pas de la porte du bar, fit un signe au serveur, et revint s'asseoir . Le serveur sortit de la salle en trombe pour lui apporter un alcool étrange, dont même le nom donnait la migraine . Il posa le verre, puis retourna tranquillement dans la salle principale .
Aleksey sortit une paille rose de sa veste noire, d'un air sérieux et concentré. Il enleva le film plastique qui la protégeait, et la déplia avec toute l'attention qu'on aurait porté à un service de porcelaine . Finalement, il l'enfonça dans son verre, en bût un peu, et reprit:
-Ca va ?
Jacques avala une gorgée de son café noirâtre, et répondit, nonchalamment:
-autant que faire se peut....
Il marqua un silence, et reprit :
-Et toi, les affaires roulent ?
Aleksey haussa les épaules :
-Disons que j'ai vu mieux, les clients se font rares, tu sais, surtout chez les particuliers....
-C'est à dire ?
-C'est à dire quoi ?
Jacques se vexa :
-C'est à dire, imbécile, combien de client tu as eu ce mois-çi ?
Aleksey leva les yeux au ciel, et annonça, d'une voix triste :
-Je n'ai décroché qu'un seul contrat ! Voilà, t'es content ?!
Jacques leva le nez de son verre :
-Combien t'as empoché ?
Il lui répondit, gêné :
-Il est toujours en cours ....
-Ca ne réponds pas à ma question...
Les yeux du jeune homme s'illuminèrent :
-Plus que je puisse imaginer, mon ami...
Jacques semblait étonné :
-Alors ? Pourquoi tu n'est pas déjà dessus ?
Aleksey répondit, comme si il était indécis :
-En fait, je suis déjà dessus, mais j'hésite, problème moral .
-C'est à dire ?
Aleksey hésita quelque secondes avant de répondre :
-Je ne veux pas le faire, point final .
Jacques lui tapa affectueusement sur l'épaule :
-Le travail avant tout, ta morale n'a rien à y faire ....
-Ce n'est pas la question . Je refuse .
Jacque lui dit, d'un air parfaitement détendu :
-Tu as besoin d'argent ?
-Oui .
-Si tu travaille, tu auras de l'argent .
Aleksey baissa les yeux :
-Oui ...
-Alors, le travail avant tout .
Aleksey sourit, et dit à mi voix :
-Tu as raison, le travail avant tout....
Jacques lui demanda :
-D'ailleurs, tu ne m'a toujours pas dit, il est sur qui ce contr...
Il n'eut pas le temps de finir se phrase qu' Aleksey était debout, un pistolet pointé sur son front en train de penser :
"Bordel, c'est le moment de sortir une phrase incroyablement classe"
Il dit, d'une voix hésitante :
-Euuuh...Je... Je vais te tuer, voilà...
Jacques, se rendant compte de la situation, commencer à l'insulter :
-Espèce de fils de ...
Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'il était déjà mort, une balle entre les deux yeux. Aleksey posa un billet sur la table, accompagné d'un petit mot s'excusant à la gestion du bar pour le sang sur les murs . Il rangea son pistolet dans sa poche, puis monta dans sa voiture et partit, laissant le cadavre encore chaud de son ami sur sa chaise .
0
4
8
2
Lord shaatis

Plic ploc
Allongé Dans mon lit, je peux distinguer les gouttes s'écrasant sur le vasistas au dessus de ma tête, une à une, une après l'autre :
Une goutte rachitique, qui tombe dans un petit bruit presque imperceptible et invisible pour qui n'y prête pas attention ;
Plic plic
Une goutte obèse, qui tombe et lave la vitre dans un plouf énorme ;
plic plouc
Une goutte pressé, qu'on a à peine le temps de distinguer qu'elle à déjà disparu, écrasée ;
Plic ploc
Une goutte coquette, qui prends tout son temps pour que les se amies puissent observer sa magnifique rondeur ;
Plic ploc
Une goutte discrète, qui essaie de se faire petite au milieu de ses consoeurs, en ne les dépassant, ni en taille, ni en bruit ;
Plic ploc
Et des gouttes, qui, se rêvant aussi impressionantes que leurs amis grêlons, font un boucan d'enfer .
Ploc ploc
Toutes s'écrasent sur ma vitre, comme si elles m'offraient leurs chutes en spectacle .
Plic ploc
Pensent-elles m'impressionner, à sauter d'aussi haut ? Ou sont-elles jetées là contre leur gré, par le nuage, qui, ne les voulant plus comme amies, s'en débarrasse ?
Je n'en sais rien . La seule chose dont je suis sûr, c'est que leur bruit est le plus reposant, le plus apaisant, le plus calme, de tout les bruits .
Je me demande bien pourquoi...
Je réflechis pendant une seconde avant de trouver une explication :
Peut être que l'homme a une haine profonde de la pluie qui l'a, depuis toujours, trempé jusqu'aux os, et que donc, la voir mourir sans mouiller qui que ce soit lui procure un plaisir sadique et secret . Il ne peut y avoir d'autre explications . Il se fait tard . Je jette un dernier coup d'oeil, le plus long possible, à ces petites gouttes, avant de me laisser tomber dans les bras de morphée .
Plic ploc .
0
0
0
1
0