Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Ragne

Ragne
Ragne est un Immortel, l'un des derniers qui demeure, et alors qu'un grand péril semble advenir sous le jour des étoiles noires, il met en branle un plan. Au cœur des manipulation politique, de la guerre, des dissensions religieuses, de ces recherches pour retrouver de vieux compagnons, Ragne devra se débattre avec le monde pour le sauver, quitte à l'esquinter un peu au passage
45
133
1404
137
Ragne
Recueil de poèmes narrés en vrac suivant le verbe du moment
38
37
45
14
Ragne
Répertoire de critique d'œuvres littéraires en tout genre avec mon avis, mon analyse, et les raisons de découvrir l'œuvre.
34
56
64
110
Ragne
Longue poésie sur l'hospitalisation, la dépression, le suicide, l'humain, la vie, l'oubli
34
49
137
34
Ragne
Vieille nouvelle datée de bientôt dix ans maintenant, entre science fiction et steampunk, les rouages de l'éternité reprends les bases de mes obsessions : le mal nécessaire, la violence, la duperie, le génie, la folie.
Oserez-vous le voyage?
1
0
0
19
Ragne
Jonas veut mourir. Il partira à l'aube. D'un saut, il soldera sa vie, sa tristesse. Mais entre ce soir et son départ, il y a une nuit, une nuit faites de rencontres, de pensées, de combats. Sous la lumière de la lune, dans la couverture de l'hiver, Besançon s'illumine pendant que la vie de Jonas se dilue pour enfin se conjuguer au passé.
7
7
56
11
Ragne
Poème sur le deuil, en son souvenir.
7
5
0
0
Ragne


Il y a encore tant à vivre, mais demain déjà, j’irai mourir.
J’irai mourir sans avoir entendu
Ni les femmes d’Alexandrie en quête d’un marin mythique
Ni le cerveau bouillonnant d’un savant qui sauvera l’hiver
Ni ces rires enfantins qui enchantent Santiago,
Ni ce rêve d’un matin, d’un café et son silence des Andes.
Je partirai sans même avoir vu ton corps vieillir avec le mien dans nos sourires,
Une rose trémière devenir bleu dans la nuit,
Les rivages de chaque mer et les tréfonds du ciel,
Mes enfants naitre puis devenir pour s’accomplir.

Il y a encore tant à vivre, mais demain déjà, j’irai mourir.
J’ai peur déjà de ne plus connaitre l’écrin de la neige
De ne plus pouvoir lire sous un vieux cèdre
J’ai peur encore que la folie des autres me consume
Embrase lentement les esprits, puis après, l’horizon.
Je sais que mon départ sera chargé de cette tristesse,
Celle de partir sans goûter aux repas de tant de grand-mères
Celle d’avoir perdu, un matin, l’occasion de te voir,
Et de m’être laissé avoir par trop de colère
Avoir couru après le temps, après l’argent, pour rien ou si peu.

Il y a encore tant à vivre, mais demain déjà, j’irai mourir
Je sais que déjà, je t’offrirai mon dernier soupir
Comme s’il pouvait déchainer en furie ces souvenirs
Ces nuits blanches, mais si bleue de désir
Où je te sacrai reine de mes baisers pour immédiatement te profaner,
Où ton corps était un songe de brume et de son,
Où je croquai ton cœur, tes seins, parcourrai ton monde de mes mains.
Et je sais déjà, que ces moments, ma merveille
Sont milles joies en sommeil, un acompte sur mes larmes,
Elles qui n’ont plus à couler depuis que je connais tes baisers salés

Il y a encore tant à vivre, mais demain déjà, j’irai mourir
Et si j’écris ces vers, si jeune, mon ami, mon frère
Ce n’est pas pour pleurer en avance, ou dresser un requiem
Mais chanter ce que je n’arriverai jamais à vivre
Et offrir à toutes mes joies en sursis un instant éphémère et imaginaire
Où j’ai foulé de mes pieds les rues de Pékin, d’Oslo, Reykjavik, Sarajevo
Où je lui ai demandé ta main sur le fleuve amour après le transsibérien
Où j’ai vandalisé la lune, pour la lui tailler en montre
Où j’ai gardé le silence devant les splendeurs de ce monde
Et si je n’ai pas connu tout ça, j’ai été heureux de l’avoir espéré.
3
1
0
2
0