Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

emi.lye

le texte de présentation n'est jamais évident. Doser entre le trop ou le pas assez d'info...

Je m'appelle emi.

j'adore lire (comme probablement tous ici) et je prends plaisir à écrire. Et j'ose enfin me confronter aux avis extérieurs :)

c'est pas mal pour un début non ?

9
œuvres
7
défis réussis
240
"J'aime" reçus

Œuvres

emi.lye
Et si l'Atlantide telle que nous la connaissons n'avait pas été la seule ?

Poséidon. Le puissant dieu des océans a engendré une nouvelle descendance. Une mortelle lui a donné quatre enfants ; Hélian, Thalia, Alathéa et Orlan. Il veut les protéger des dieux et de leurs incessantes discordes. Pour cela, quatre familles les accueillent sur une archipel nommée Nouvelle-Atlantide. Ils grandiront comme de simple mortel jusqu'à la découverte de leur don, cadeau de Héra qui a découvert leur naissance.

****
(en cours d'écriture)

J'ai découvert le club valentine (CV) il y a peu, et j'adhère complètement au principe ! Les annotations, commentaires, remarques, chocolats (ah, on me dit dans mon oreillette que cela ne fonctionne pas par ordinateur) sont les bienvenues et m'aideront à améliorer cette œuvre. Toutes vos remarques seront lues et analysées (même si les modifications n'apparaissent pas dans le texte). Merci pour votre passage, en espérant que la lecture vous plaira.
202
289
1834
159
Défi
emi.lye

Je n'aurais jamais du fondre pour elle.
Je la vis qui se tenait devant moi. Sa couleur pâle appelait à tout les vices. Sa rondeur m'appelait, je rêvais de l'entourer de mon corps. J'ai dit rondeur ? j'aurai du dire des courbes délicieuses. Charnue comme il faut, aux endroits appropriés. Son odeur sucrée invitait elle aussi aux plaisirs licencieux. D'avance, je me délectais. Je la rêvais pour moi. Je me voyais partager ce temps interdit tous les deux. Dans une atmosphère feutrée, je l'aurai fait fondre de plaisir. Dans la pénombre, nous serions juste elle et moi. Elle serait à croquer.
L'objet de ma convoitise attirait le regard des autres, elle était tellement belle. Je bouillonnais, elle était à moi ! Je refusais de la partager. J'allais faire le premier pas. Moi qui avais l'habitude d'être adulé, je me retrouvais à supplier la belle. 
Elle n'avait pas pu résister à la tentation. Mes tablettes et ma couleur chocolat les faisaient toutes fondre d'envie. Ce qu'elle ignorait c'était que, là, je fondais pour elle.
je l'ai rejointe. L'endroit était moins intime que dans mon imagination. Lorsque je me suis coulé contre elle, j'ai tout oublié, la cuisine, les autres, le bruit. Elle se tenait contre moi. Elle était froide, j'étais brûlant. Pour moi, elle s'était déshabillée. A mon contact, elle s'est réchauffée. Notre osmose frisait la perfection. J'en étais soulevé, près du septième ciel.
Nos températures ont fini par s'accorder. La magie de l'instant s'est estompée. Depuis ce matin, nous attendons, langoureusement collés sur un lit de paillettes, résidus de notre fusion intense. Le froid nous saisit. Des gens nous regardent, me regarde. Je protège ma belle des regards gourmands. Je détourne leur attention par mon corps lisse mais cela ne suffit pas. Au contraire, ce que je cache attise les regards. Des doigts nous montrent. 
- le dôme poire chocolat, s'il vous plait.
le verdict est tombé, nous allons être dégustés. Notre pénombre sera la bouche d'un gourmand où, cette fois, nous nous mélangerons.
8
16
12
1
Défi
emi.lye

Des pas. Il se rapproche. Des portes claquent. Je sursaute ; il arrive. Il ne doit pas me trouver.
Il n'a pas pu me voir, il me tournait le dos. Il ignorait ma présence, mais moi, j'ai vu ce qu'il a fait à ma soeur. Il ne faut pas qu'il me trouve.
Il monte l'escalier.
Pourquoi je me suis planquée ? Je dois sortir, la nuit me cachera. Enfin, j'espère. Il faut que je me calme. Paniquer ne sert à rien. J'essuie mes mains moites. Mes jambes ont du mal à supporter mon poids. Il faut que j'arrive à courir. S'il me trouve ici, je suis perdue.
Il revient. Je n'ai plus le choix. J'ouvre la porte. Les gonds grincent. Ou alors ce sont mes dents. Un regard à droite. Un à gauche. Personne. Je cours.
Des bruits derrière moi. Il me poursuit ? Je ne dois pas me retourner. Trop risqué. Quelqu'un me hèle. Pourvu que ce ne soit pas lui.
6
11
10
1
0