Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de 205316979969493

L'Ecriveuse de Mots

Ermenonville.

Je suis une écriveuse de mots, comme dirait mon neveu... et parfois, une écriveuse de maux.

Tout dépend de mon inspiration ! vous savez cette vilaine inspiration qui ne fait que jouer avec nos nerfs !

Tout ce que je peux vous dire sur moi, c'est que je veux passer le reste de ma vie avec eux : les livres, parce qu'ils sont pleins de mots, d'émotions, de rêves, et qu'ils sont bons pour la santé.

Et puis, je veux qu'un jour, quelqu'un puisse dire de mes livres, ceux que j'écrirais, que j'écris, qu'ils l'ont fait rêver.

7
œuvres
4
défis réussis
36
"J'aime" reçus

Œuvres

Défi
L'Ecriveuse de Mots




Chers Démotivateurs,
Je viens, par ce courrier, vous faire part de mon désintérêt le plus complet pour votre Société. Certes, j'ai pu comprendre, à la lecture de l'offre d'emploi que vous proposez, qu'un tel poste nécessitait forcement et obligeamment de grandes capacités. Or, je vous avoue : je ne les ai pas. Mais absolument pas ! Pourtant, au vu de la longue liste de critères que vous exigez scandaleusement, on pourrait facilement se dire, qu'un tel individu n'existe pas. Ou alors, dans vos rêves les plus fous. Non mais sérieusement, vous espérez réellement qu'une personne pourvue de bon sens, réponde favorablement à cette proposition surréaliste ?
En ce qui me concerne, je réfute cette offre avec toute l’ingratitude qu’elle m’évoque. Il est bien évidemment inutile que je vous informe de mon incompétence flagrante, en vous infligeant le déchiffrage de mon curriculum vitae. Ce dernier ne pourrait que vous excéder. Non pas que je ne m’estime pas, mais je connais mes limites et je ne tiens pas à les dépasser. Il faudrait pour cela faire preuve de courage, et je n’en ai pas. Du moins, pas pour ça !
Sur la fixation d’un rendez-vous, je n’en vois pas l’intérêt non plus. Vous rencontrer pourrait m’amener à vous voir de près et je n’y tiens pas. La photo que vous exposez sur votre site me suffit amplement. Comme je vous le disais précédemment, je ne m’expose pas au danger.
Pour finir, Chers Démotivateurs, sachez que si j’ai perdu mon temps à vous écrire cette lettre, ce n’est que dans un but égoïste et sournois. En effet, il ne me plait guère d'user de mon art linguistique pour de telles balourdises, mais l’idée de vous ébranler quelque peu m’a séduite. D’autant plus qu’un exercice d’écriture, même le plus insignifiant qui soit, peut s’avérer efficace et gratifiant.
Je ne vous remercie pas.
Ingratitudeusement.
L’Ecriveuse de Mots.



18
18
0
1
Défi
L'Ecriveuse de Mots

Sur le mur de ma chambre, dans le coin en haut à droite, entre quelques fils qui s'entrelacent tel un labyrinthe bien conçu et joliment enduits d’un macabre piège, se ballade une araignée à huit yeux, plus grosse qu’une pièce de deux euros et aussi velue qu’un chat - quoique les chats, tout aussi velus qu’ils soient, restent très mignons – et menaçant à tout instant de se faire la belle dans ma direction et sans scrupule de venir me mordre avec férocité - oui, les araignées sont très féroces, sinon, pourquoi en aurait-on peur ? – pendant que dans mon sommeil je serais totalement à sa merci, rêvant d’un monde meilleur… pauvre de moi ! que faire en pareil cas ? se lever et l’écraser ? non, je ne peux pas, c’est répugnant : ça crac, ça croc et ça suppure, faudrait être cruel pour ça et cruelle je ne suis pas alors j’ai une idée : et si je composais le 18 "Allo, les pompiers, j’ai besoin de vous, il y a une énorme tarentule dans ma chambre à coucher et je ne peux pas dormir, pourriez venir m’aider ? bien sûr ma petite dame on arrive de suite pour vous sauver" me répondrait une voix masculine et rassurante... c'est pitoyable ! tu es pathétique, ridicule et vraiment pas courageuse, pensais-je pendant que dans un élan de bravoure inattendu, je tentais une offensive, chausson à la main, frappant fort, la ratant, et la voyant disparaître à toute allure du haut de ses huits pattes… au moins là, ayant eu la trouille de finir en bouillie, elle ne reviendra pas ! je peux enfin m’endormir, victorieuse, sans me douter qu’au lever du jour, deux petits crocs vengeresses et venimeux auront percé la peau de mon bras me provoquant une belle allergie ; tel est le prix à payer pour avoir voulu tuer une petite araignée.
3
1
0
1
L'Ecriveuse de Mots
Texte choisi : Un homme partant à la chasse. Victor Hugo

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/victor_hugo/a_un_homme_partant_pour_la_chasse.html
4
8
4
1

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

¨Parce que j'aime jouer avec les mots.
0