Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de 270753139987675

Loïck Militello

5
œuvres
1
défis réussis
18
"J'aime" reçus

Œuvres

Loïck Militello
I- Larmes


Après la pluie
Le ciel bleu
Prend peu à peu
La place du gris


Toi qui pleurais fais comme lui
A ton chagrin fais tes adieux
Efface donc de tes yeux bleus
Ce voile de larmes et puis souris


Après les larmes
L'azur brumeux
Dans tes yeux bleus
Calme ton alarme


Toi qui t'inquiète dans ce vacarme
Lève donc ta tête droit vers les cieux
Et vois comment on est heureux
Quand les nuages rendent les armes
4
3
1
1
Loïck Militello

Parce que la pensée est redoutable et qu'elle embarque souvent les idées dans la tourmente...

I- Combat


La pensée,
                  Ce vaste mot qui résonne en moi
Les pensées,
                  Ces voix, ces regards, ces sons, ces souvenirs, en moi
Las, absent,
                  Je suis comme porté par ce flux incessant
Anxiété, angoisse
                  Fruits d'une attention trop poussée, erreur fatale
Réalité,
                  Lorsqu'elle se mêle aux pensées
Le voile,
                  Qui filtre alors ma vue du monde, se crée
 
Ma tête se resserre, je crie, j'explose !
La tourmente est en moi, dans mes pensées
Elles qui me dirigent, auxquelles j'obéis
Diktats qui, nuit et jour me mettent plus bas que tout
La douleur est insupportable, supplice...
Mais la révolte en moi, peu à peu s'allume
Car la réalité m'appelle, je l'entends.
Alors je ferme les yeux..., et je respire
Et tel un Homme, je cherche à vivre
Libéré de mes chaînes, je marche
Affranchi de mes maîtres, je m'affirme
Sorti de l'illusion, je vois et je pleure.
 
Pensée,
             Je te vois telle que tu es maintenant
Pensées,
             A distance désormais, je vous entends
Corps,
             C'est vers toi que je reviens enfin
Esprit,
            Tant d'obstacles as-tu franchis et demain
Réalité,
            C'est vers elle qu'il faudra t'orienter
Vérité,
           C'est elle qu'il faudra réapprendre à chercher
 
J'entends mon cœur battre si fort
Mes pieds, mes bras, ma tête, tout se libère
Mes sens exaltés jouissent de l'aube nouvelle
Ma vie, au plus profond de mon être, s'éveille
Je vois le chemin, je Suis ma voie
Je porte mon regard vers ma famille, mes amis
Je verse les dernières larmes de souffrance et,
Guidé par la flamme nouvelle qui m'habite
Je marche
Je pleure
Je ressens
J'aime
Je pense
 
Je suis Conscient. Donc je Suis

II


Mot de verre et brin d'acier
Tu laisses ouvertes les vitres cassées
Dans le silence tu m'as laissé
A cœur ouvert je suis blessé


Mon nom est Liberté

III


Au secours dit ma pensée
Viens vite lutter contre ces idées
Elles qui naquirent sans ma volonté
Mais je t'en prie de les virer !


Crois tu pensée que je suis dupe
Et que ton jeu m'amuse encore ?
C'est en les laissant vivre au juste
Que je n'aurais plus la peste au corps

IV


Écris ton nom sur le papier
Écris tes larmes d'une encre jetée
Écris tes mots au sens caché
Écris ta peine pour la pleurer

V


Ecrire, écrire dit le papier
Hésite, hésite crie le stylo
Patience, patience dit le poète
Confiance, confiance confie le cœur

VI


C'est si puissant, un mot
Et même deux mots peuvent s'accorder
Il suffit juste de dire tout haut
Ce que les lettres n'osent avouer

VII


Un sens à droite
Une direction à gauche
Un but dans la pensée
Un chemin dans le cœur

VIII


On ne se proclame pas poète
On le devient
Celui qui connait Épictète
Ne sait pas tout du latin
Il y a toujours vérité à prendre
Mais pour marcher, il faut apprendre !

IV- L'heure noire


Ça y est c'est l'heure noire
C'est l'heure noire qui vient, rien ne la retient
Elle est noire comme mon âme qui a peine à voir
C'est mon âme qui s'est noyée dans une mer de pensée


Rien ne retient l'heure noire maintenant, elle arrive elle prend son temps
Cerveau aveugle, esprit fou
Tu te jettes dans la gueule du loup
Tout arrive quand c'est l'heure noire
Tout dérive quand c'est le soir
Tout m'enivre de désespoir
Tout chavire dans ma mémoire
Et c'est l'heure noire, et c'est l'heure noire...

X - Je ne dis rien

Quand on est face à nous même
On fait face à tout
Mais en même temps par ce poème
Je ne dis rien

XI

Jouer avec les mots peut paraître bien inutile
Et celui qui dit ça n'est pas débile
Mais ceux qui parviennent à déchiffrer
Derrière les lettres un sens caché
Accèdent au sentiment de liberté
Dans la plus pure de sa beauté






































































 
6
4
0
3
Défi
Loïck Militello
Réponse au défi: "Que faire lorsque je m'ennuie ?"
5
3
6
2

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

Pour libérer mes idées du carcan de ma pensée. Pour m'exprimer. Pour le plaisir. Pour la beauté des mots. Pour vous. Pour écrire.
0