Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

EmiLucie013

Retrouvez-moi sur Twitter

Dévoreuse de livres, j'ai décidé de me lancer dans l'écriture récemment après n'avait jamais osé tenté. J'aime la fantasy, le fantastique et l'horreur.

1
œuvres
0
défis réussis
5
"J'aime" reçus

Œuvres

EmiLucie013


Lorsqu’il arriva sur le parvis de Notre-Dame d’Amiens, Matthieu sentit un frisson parcourir son échine comme un avertissement. Il remonta machinalement le col de sa veste afin de se protéger du vent froid de cette fin du mois d’octobre mais rien n’y faisait.
Il se dissimula dans un coin de la place pour observer les alentours, tirant nerveusement sur sa cigarette. L’endroit était désert. La cathédrale le dominait de toute sa hauteur d’une pâleur inquiétante, reflet de la pleine lune qui illuminait cette nuit sans nuages.
« Bon, quand faut y aller, faut y aller » murmura-il en écrasant son mégot de la pointe de sa chaussure.
Après avoir vérifié que la voie était libre, il se dirigea d’un pas pressé vers la porte de la Vierge Dorée. Comme prévu, celle-ci n’était pas verrouillée. Il la poussa doucement afin de faire le moins de bruit possible. Hélas, malgré ses efforts, la porte en bois émit un faible grincement qui retentit de manière sinistre dans l’ensemble de la bâtisse.
Pour la discrétion, on repassera. Bon, de toute façon, ce n’est pas comme si j’étais attendu mais quand même.
A pas feutrés, il gagna la croisée du Transept. Le clair de lune éclairait l’intérieur du bâtiment à travers les vitraux, projetant au sol l’ombre du pentagramme présent au centre de la rosace. C’est quand même bizarre, qui met un pentagramme inversé dans une église ? C’est pas très catholique tout ça. Ah,ah,ah faudra que je la ressorte celle-là.

Matthieu avait bien étudié le plan avant de venir et avait fait du repérage lors des heures d’ouverture du monument La tombe qui l’intéressait se situait derrière le chœur juste en face du célèbre Ange pleureur. Il n’avait jamais aimé cette statue d’ange rondouillard accoudé sur un crâne et ne comprenait pas l’engouement qu’elle provoquait. Elle le mettait mal à l’aise pour une raison qu’il ignorait.
Le moindre bruit était amplifié par la réverbération étrange qu'offraient les lieux. Matthieu eut plusieurs fois l’impression d’entendre des bruits de pas. Pas des bruits de chaussures, non, comme si on marchait pieds nus sur le carrelage. Non, mais tu débloques mon vieux. Sa nervosité augmentait au fur et à mesure qu’il s’enfonçait dans les entrailles de la bâtisse. C’est ton imagination c’est tout.
Des ombres se dessinaient le long des murs. Les statues projetaient au sol des formes aux contours biscornus. Franchement, j’en ai déjà eu des idées à la con mais celle-là c’est le pompon. Essuyant la sueur qui perlait sur son front avec la manche de son manteau, Matthieu continua sa progression. Qu’est-ce qu’il m’a pris de fanfaronner comme ça auprès des potes ? Putain, je m’entends encore « Hé les mecs, il y a une statue qui ressemble à Cthulhu dans la Cathédrale... ».
Tout en gambergeant, Matthieu continua son péril et arriva enfin derrière le chœur. Et Denis qui me laisse tomber au dernier moment. Soi-disant que Monsieur a rendez-vous avec une meuf... et rôliste en plus. Sérieux, il me prend pour une bille. Une meuf rôliste c’est aussi rare qu’une carte foil. Il a eu les foies, ouais.
Levant la tête, il vit l’Ange pleureur. Matthieu lui fit un coucou de la main et murmura « Salut, le joufflu ».
S’approchant de la tombe, il sortit son portable de sa poche pour l’inspecter plus précisément. Il n’avait jamais pu faire cela en journée. Il aurait éveillé les soupçons, personne ne se mettait à quatre pattes pour examiner une tombe sous toutes ses coutures. Matthieu retrouva rapidement la petite statue «d’homme » sculpté sur le côté droit de la tombe.
Examinant avec minutie, cette fameuse barbe, il entrevit dessus ce qui ressemblait à des petites aspérités comme des creux. La régularité de celles-ci laissait deviner qu’il ne s’agissait pas de l’œuvre du temps mais du sculpteur.
Passant son doigt dessus, Matthieu sentit les petits creux...tels des ventouses. Je le savais, c’est bien des tentacules pas une barbe. Il doit y avoir d’autres indices quelque part.
Continuant son inspection, Matthieu s’immobilisa soudainement. Les bruits de pas avaient repris plus proches cette fois. Arrête de flipper, grande andouille. Il essaya tant bien que mal de se concentrer sur son objectif mais un nouveau frisson parcourut sa nuque et cela n’était pas dû à la fraîcheur du vent d’Octobre. T’es seul ici. Sinon t’aurai entendu le bruit d’une des portes. Leurs grincements réveilleraient un mort. Il avait la désagréable impression d’être observé, que l’on jouait avec lui. Et si on était rentré avant moi. Il se redressa subitement pour étudier les environs à l’aide de la lampe de son portable.
Rien.
Revenant sur ses pas, il se retrouva derrière le chœur, devant le tombeau du chanoine Lucas. Un sentiment de malaise le gagna. Levant la tête vers les statues qui surplombaient celle-ci, son sang se glaça dans ses veines lorsqu’il constata que l’ange n’était plus en train de pleurer les orphelins, accoudé sur son crâne. Je suis en train de rêver, ce n’est pas possible. Pourtant, ses yeux ne le trompaient pas. L’ange avait disparu. Volatilisé. On me fait une blague. Derrière lui, un bruit de pas martela le sol. Je n’aurais pas dû en parler à Denis. La sueur de Matthieu coula le long de sa colonne vertébrale. Je suis sûr que c’est lui qui s’amuse. Il était tétanisé, il n’osait se retourner. Un rendez- vous avec une rôliste, il m’a bien eu ce baltringue.
Un rire cristallin brisa le silence et se propagea dans toute la cathédrale. Putain, c’était quoi ça. Matthieu sursauta, il sentit quelque chose se faufiler entre ses jambes. C’est un animal, juste un animal. Un chat. Un rat. Son cœur tambourinait de plus en plus dans sa poitrine. Il se redressa et se figea quand il vit que l’ange avait repris sa place. J’ai rêvé, voilà. Le stress. Les bruits. Comme s’il pouvait bouger ce stupide ange joufflu. En braquant sa lampe sur le visage de l’ange, Matthieu constata avec effroi que celui-ci pleurait des larmes de sang. Sérieux, comme il a fait ça Denis. Celles- ci avaient coulé le long de ses joues et gouttaient sur son genou.
S’approchant avec prudence, il tendit une main tremblante vers la jambe de la statue. A peine eut-il effleuré celle-ci que l’ange ouvrit les paupières, révélant des yeux totalement noirs comme injectés d’encre. Il n’eut pas le temps de hurler que l’angelot se jeta à sa gorge, montrant ses crocs sous ses lèvres de pierre.
Matthieu sentit la chaleur de son sang couler le long de son cou contrastant avec le froid glacial des lèvres de son agresseur. S’écroulant au sol, il ne cessait de se dire : C’est impossible, je fais un cauchemar. Les yeux exorbités, se vidant tel un cochon, il contempla le petit ange repu regagner sa place. Celui-ci adressa à Matthieu un petit coucou de la main et de nouveau un rire cristallin éclata dans les entrailles de la bâtisse.
Le corps de Mathieu fut retrouvé à l’aube par l’agent de sécurité. Nul n’arriva à expliquer les circonstances de sa mort ni pourquoi l’ange pleureur avait la bouche maculée du sang de la victime.
5
9
36
5

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

Car ca me fait du bien .

Listes

Avec Un Cirque dans le désert, Devenir un être humain - EN COURS, Le dragon automnal, Magie...

Discussions créées

0