Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de 1120943454710769

Tragidylle

j'suis une pseudo-hippie de 13 ans qui met des coquelicots dans ses cheveux en chantant du Joan Baez, du Bob Dylan et du Bowie à tue-tête.

J'aime le dessin, la peinture, Oscar Wilde, Van Gogh, Frida Kahlo, l'orange et les oranges, la musique, absolument tous les groupes de blues et de musique hippie des 60's, tous les groupes des riot grrrl (vive Bikini Kill et Bratmobile aah), le metal (un peu) le folk (beaucoup) le punk (passionément) le rock (à la folie) et la variété (genre Lana del Rey et édith piaf ahah) .

balancez moi vos goûts musicaux, p'têt qu'on a les mêmes :)) (et littéraires et cinématographiques aussi)

J'aime :

- l'amour, Paul éluard, Zweig, girl in red, le théâtre, les films d'animation, les coquelicots (et toutes les fleurs mdr) Janis Joplin, Pomme, la poésie, la bicyclette, le militantisme pour de belles causes, les prides (je rêve d'y aller un jour xD),

les renards, les couleurs, le jaune, le chocolat chaud, le rouge, le ciel quand il est bleu, quand il se couvre de milles couleurs, quand il est fait de nuages et d'arc-en-ciels, les orages et la pluie, les sourires et les fous rires, les livres et écrire (sinon je sais pas ce que je ferais ici mdr)

J'adore :

- les débats, Audrey Hepburn, Pink Floyd, Hoshi, Brel, Emma Goldman, les êtres humains, discuter longuement avec des gens pour la première fois (même si j'suis timide ahah), les années 70-80, les gâteaux au chocolat de maman et la bonne bouffe,

l'odeur de l'été et le pétrichor, Boris Vian et Rimbaud, Baudelaire (un peu x)) Woodstock et le live Aid même si je n'y suis jamais allée, le soleil et la vie.

Ah et aussi, je vous aime <3 !

Soyez heureux, ayez une belle vie, vous êtes magnifiques <3

5
œuvres
4
défis réussis
14
"J'aime" reçus

Œuvres

Tragidylle

" Le Ridicule Nous rend plus forts "
Mix de : " Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort" et " le ridicule ne tue pas "
4
4
0
0
Défi
Tragidylle

Rose colla un baiser humide sur le front de Valentin . Valentin , c'était son fils , et il venait de se faire opérer . Son coeur battait à tout rompre et ses mains étaient moites . L'homme pousse un long soupir de soulagement qui se transforme en plainte rauque . Enfin , il était sauvé ! Il n'avait plus à s'inquiéter , à passer des nuits entières à se ronger les sangs en pensant à l'opération , à ne plus fermer l'oeil de la nuit, angoissant à cause de sa maladie , de la Maladie avec un grand M , la terrible , celle qui peut l'emporter contre la vie .
le bonheur , la joie d'être encore en vie le submergea . Valentin remercia Dieu d'être en bonne santé . Il se sentait heureux , tellement heureux , bien trop heureux . Il eût l'impression que c'était bien trop de contentement pour un seul homme . Enfin , il allait bientôt pouvoir profiter de la vie . Enfin , il pourra à nouveau courir comme une flèche dans les champs , sentir l'herbe verdoyande lui chattouiller les pieds ! Enfin , il allait à nouveau pouvoir alligner des lettres , former des phrases , coucher avec amour ses idées sur le papier ! L'inconvénient de son hospitalisation le plus difficile à supporter était sans l'ombre d'un doute son incapacité à écrire , alors qu'il ne lui restait plus qu'un chapitre à écrire pour achever son roman "Cupidon" . Cela avait été plus difficile encore que de passer des heures à contempler de son regard vague et perdu les murs nus , si blancs , si vides , qui semblaient ployer sous le poids du chagrin qu'ils abritaient . Cela avait été plus difficile encore que de n'écouter à la radio que les clips ennuyeux d'une petite chanteuse dont le docteur semblait être un admirateur .
3
1
6
1
Défi
Tragidylle

Je te déteste et je te détesterai toujours. Je t'ai détesté depuis la première seconde que je t'ai vu, la haine qui m'a submergé était si forte qu'elle a fait battre mon coeur à un rythme effréné et que je n'ai plus rien pu entendre d'autre que le son de ta voix si assomante malgré le bruit qui nous entourait. Mes mains tremblaient de rage, devenant moites. Le reste de la journée, je n'ai pensé qu'à toi, qu'à ton visage à l'air si idiot, tes yeux qui avaient autant de profondeur et d'éclat que ceux d'une vache et tes lèvres mastiquant un chewing-gum dont je n'arrivais pas à chasser la vision et qui me donnaient envie de les clore pour l'éternité en t'embrassant.
En t'embrassant ? Non c'est ridicule, pourquoi j'ai dit ça ? En les écrasant, voilà, c'est ce que j'avais voulu dire. Pas en les embrassant, quelle idée, imagine mes lèvres collées contre les tiennes, ces lèvres qui me plongent dans un état de colère folle que je ne saurais expliquer, tes lèvres gluantes et brillantes comme des pommes d'amour ...
Non, je veux dire, ces espèces de pommes d'amour qu'on vend en festival et qui finissent traînantes dans la terre boueuse parce que les enfants n'en veulent plus. Je te déteste et cette haine habite chacun de mes actes, chaque minute que je vis, ma haine pour toi est ma première pensée le matin quand je m'éveille, la dernière avant de m'endormir le soir, et l'ombre qui encercle mon coeur durant des heures entières.
Avec toute ma haine
Ton ennemi pour la vie
5
1
2
1
0