Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Germinoscope

Nord.
Passionnée de la narration sous toutes ses formes, je peins, dessine, filme, et j'écris.
Je réalise de petites éditions avec mes petites mains.
5
œuvres
1
défis réussis
10
"J'aime" reçus

Œuvres

Germinoscope

La perte.
 
Le temps a planté ses aiguilles dans ma tête.
Ces aiguilles sont venues faire des nœuds.
Ces nœuds se sont enchevêtrés au point de vider tous mes souvenirs.
Ils se sont écrasés en vague, au bord de mon lit.
 
C'est le néant dans ma boîte crânienne.
J'ai l'impression d'être un œuf.
Un œuf vide de vie.
 
Je ne tourne pas rond.
On a grignoté ma mémoire.
Je voudrais me souvenir.
 
Mon cerveau est en éruption.
Il gronde silencieusement.
C'est un moteur qui tourne à plein régime.
Une machine qui tourne à vide.
 
Ma tête est désormais un terrain sauvage.
Je creuse. Il me faut déterrer les insectes et retrouver mes racines.

Quelque chose a enterré mes souvenirs.
5
1
0
4
Défi
Germinoscope
"La spirale" est un essai de "conte moderne" sur l'embrigadement.
1
0
0
10
Germinoscope

Elle était là. Cherchant inlassablement à mettre un terme à son errance. Toujours assise au même endroit. A droite, en rentrant dans la chambre blanche de souvenirs .Les yeux dehors, le corps à sa place. Bien souvent elle se penchait par la fenêtre. C’était le vide. Elle y plongeait volontiers.
C’est un jour comme un autre qu’elle finit par se perdre. Les néons jaunes crevaient la rétine des membres de sa famille, tandis qu’elle était déjà bien loin.
Tout autour d’elle, l’absence. Absence de raison, absence de couleurs, absence d’émotions.
Elle avançait sans savoir où aller. Droite, gauche. Et à nouveau, droite, gauche. Elle était déjà passée par là. Les couloirs s’étendaient à perte de vue. Mais il n’y avait rien. Rien d’autre que son crâne vide. Plus elle avançait, plus chaque pas devenait lassant. Son corps, lui faisait ressentir des douleurs oubliées. Sa tête, sa tête était si lourde. Elle enflait, gonflait. Des images, des voix, des instants remontaient à la surface. Tant d’informations venait teindre les murs, faire germer ce lieu sans vie. Ses neurones étaient en éruption. Ca craquelait sa peau.
 Devant ses yeux stupéfaits, les parois de son monde se couvraient de verdure. Ca rampait, se développait de façon nerveuse. La végétation devenait dense, sombre. Si bien que si elle avait voulu passer au travers, son visage se serait fondu dans la masse. Happé et enlacé. Incapable de se sortir de cette étreinte végétale.
Au bout d’un des couloirs, se trouvait une porte. Une porte ouverte. Derrière cette porte, un étrange spectacle l’attendait. Tout était couvert de terre. Elle se sentait enlisée. De la boue venait décorer sa chemise de nuit, jusqu’alors immaculée. Sa marche était ralentie. Elle en était réduite à faire du sur place. Elle s’enfonçait, lentement, dans la terre. Et tandis qu’elle s’abandonnait peu à peu à celle-ci, en face d’elle, quelque chose s’élevait des profondeurs. C’était une veille commode. Une commode dont elle se souvenait. Une commode  qu’elle avait enfouie dans sa mémoire. Elle s’en était débarrassée il y a bien longtemps. Elle ne voulait pas la voir, elle ne voulait pas que cela soit sa dernière image. Alors, puisant dans ses dernières réserves de vieille dame, elle chercha quelque chose pour s’accrocher, se remonter. Mais il n’y avait aucune prise. Elle avait tout effacé. Sa tête avait était percée par le temps. Dans ces lieux de mémoire, elle s’aperçut alors que sa seule arme était de se souvenir.
Elle avait 5 ans et marchait dans les champs. Elle se souvenait de l’air chaud qui gonflait sa jupe. 
Elle pouvait enfin redresser la tête, la terre se creusait autour d’elle.
Elle avait 10 ans, c’était le jour de son anniversaire. L’horloge s’était arrêtée, son père était partit la changer en ville. Il n’était jamais revenu.
Sa nuque était dégagée, elle pouvait à peine bouger les épaules.
Elle avait 16 ans.
Elle ferma les yeux doucement.
Elle était si jeune, un peu trop jeune.
La terre avait disparue.

Elle avait 16 ans, elle était si jeune, un peu trop jeune. Et elle l’avait caché dans une commode. Elle l’avait toujours caché. 
Plus rien ne bougeait excepté son corps frissonnant. Sa main argileuse tendue vers la poignée restait en suspend. Après une grande inspiration, elle la saisit. Une rotation vers la droite. Et encore une. Un déclic se fit entendre. Il n’existait plus rien que ce vieux meuble. Ce vieux meuble avec sa vieille poignée. Cette vieille poignée qui ouvrait un vieux tiroir. Un vieux tiroir avec sa poussière.
D’un coup sec, elle l’ouvrit.
Le sol tremblait sous ses pas. Elle finit par fléchir les genoux. Une main sur la poignée, l’autre sur le cœur. Il se serrait à chacune de ses expirations. Elle avait si mal. Quelque chose l’appelait de l’intérieur de la commode.
« Maman, maman. » 
Elle lâcha la poignée d’un geste vif. Se bouchant les oreilles pour ne pas l’entendre. Mais le bruit s’intensifiait, il venait combler le vide de la pièce. Elle ne pouvait plus l’ignorer. Il était là, au fond du tiroir.  Il était là, recroquevillé sur lui-même, attendant qu’elle l’accepte enfin. Elle finit par céder. Céder à ses années d’oublis, à ce souvenir enterré.
Il y eu un long silence. Le tour de l’horloge était à nouveau figé. Enfin, elle ouvrit le tiroir. Son souvenir était plein de poussière. Elle le prit dans ses bras. Elle était à nouveau une mère. Une mère qui portait son enfant pour la dernière fois. Il était si petit. A l’époque, il avait germé dans son ventre comme un parasite. Résultat d’un amour qui s’était fané trop vite. Et si au départ sa douleur était si grande. Si au départ elle avait détestait ce qui avait pris racine dans son ventre, elle avait fini par s’y habituer. Par lui parler, lui raconter des histoires. Elle avait appris à l’aimer. De nombreuses fois, elle s’était évadée dans un futur pas encore né.
 C’était un jour comme un autre qu’elle l’avait perdu. A droite, dans la chambre vide de souvenirs à venir.

Entre ses bras, s’endormaient à présent, sa dernière pensée.
1
1
0
3

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

Ma parole est empreinte d'un politiquement correct navrant. Si généralement ma bouche se contente d'émettre des bruits bienséants mon cerveau lui, fulmine. Si j'écris c'est pour pouvoir m'exprimer complètement. Les mots regorgent d'images, qu'elles soient nouvelles ou oubliées. Et j'aime les découvrir ou redécouvrir au travers de l'écriture.
0