Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de 1780949278602749

Neilimé

Que puis je dire,

de bien pire,

que rien.

2
œuvres
1
défis réussis
3
"J'aime" reçus

Œuvres

Neilimé
Emile selon l'état, Léon depuis son baptême, est un jeune homme vivant dans un petit village de Creuse, Saint-Hilaire-le-Chateau. Il est issu d'une famille de commerçant, son père vend des meubles qu'il façonne, et sa mère est négociante de tissu. Pendant la Grande Guerre, la campagne et la nature offrent tous les moyens pour ne pas souffrir des drastiques rationnements. Léon ressent plus l'appréhension de devoir "y aller" que la faim. Le temps passant, et l'âge minimum de conscription se rabaissant, il sera finalement obligé de servir la France.

Petit commentaire en plus de mon résumé: Cette nouvelle portera sur mon arrière grand père. J'ai entendu quelques histoires à son sujets, et j'avais envie de les partager. Celà me plaisait aussi d'essayer d'imaginer comment il vivait. Tout commentaire constructif sera apprécié :)
2
7
67
8
Défi
Neilimé


Pas de lumière. Une chaise, une table, cinq verres dont quatre vides et un de whisky. Sous un chapeau un regard aussi vide que quatre des verres. Celui de Johnson. Slurp! cinq verres vides.
"Barman!"
Pas de réponse.
"- Hey Dickson!"
- Quoi?
- Un autre
- Encore!?
- Encore."
Du bois partout. Par terre le parquet, au plafond les poutres, à l'entrée les portes sur charnières. Vlam! Une ouverture, et une entrée!
"Johnson, coyote à foie jaune! Ma chèvre, morte! Par la faute de tes chiens!
"Et alors Smith?"
Les yeux dans les yeux. Slurp. Six verres vides.
Reuk peuh. Une chique en moins dans la bouche de Smith, une en plus dans le crachoir.
"Debout mon gars! Tu v...
- Non! Pas de baston dans mon saloon!
- Du calme Dickson! Pas besoin de sortir ta winchester.
- Dehors, et les deux! Tout de suite!
- Ok Dickson.
-Plus vite que ça !"
Vlam. Branlement de porte. Changement de décors, soleil aride, sol désertique, vent sec sur les visages.
"- Bon alors Johnson, la seule solution : un duel.
- Wep. Dix pas?
- Dix pas.
- Et le témoin? Pourquoi pas le fossoyeur?
- Inutile, Vlà le représentant de l'autorité du coin."
Scintillement d’étoile, démarche lente, et apparition du shérif, Willer.
"- Alors vous deux? Encore un Règlement de compte? Combien de pas cette fois?
- dix
- Ok. "
Échanges de regards connivents, puis l'entendement, et les deux boys dos à dos.
"- Pas de coup feu avant la fin du décompte! Et pas de coup fourré, hein Johnson!
- Quoi? pourquoi moi?
- Bah la dernière fois tu...
- Ok ok. Pas de coup fourré de ma part. Mais aussi le vieux Smith, la dernière fois il...
- Ta gueule! Un."
Silence et premier pas. Titubant pour Johnson, raide pour Smith.
"- Deux."
Deuxième pas. Une goutte de sueur sur le front de Johnson, une autre sur le nez de smith.
"- Trois, Quatre, cinq, six"
Accélération et troisième, quatrième, cinquième et sixième pas. Les mouches dans les yeux pour Smith, le soleil pour Johnson.
"- Sept."
Septième pas, sous le vol des vautours.
"- Huit."
Huitième pas, et étirement des doigts.
"- Neuf"
Neuvième pas, et frôlement des colts.
"- ET DIX!
PAN, PAN.
Personne à terre. Pas même une goutte de sang. En tout cas pas au pieds de Johnson et de Smith.
" Arg ! Quelle pair de manche, bordel de purain ! "
Quel cri de douler de la part du shérif!
Johnson et Smith penauds devant Miller:
"Désolé Miller.
- Ha bravo Johnson ! Une sacrée plaie pour notre shérif à cause de toi ! Et ben mon vieux, bel ouvrage pour un pochtron !
- Non, pas d’accord. Là, dans sa jambe… pas une de mes balles ça…
- Comment ça ? Pas la mienne non plus ! »
Pan, une nouvelle balle dans la tête du shérif. Celle d'une Winchester….
- Mare de vous tous les gars.
- Dickson ?
-Pourquoi tuer Miller ? Moi avec mon ardoise longue comme le bras, ok, mais lui ?
- Et moi, toujours à te vendre le lait le double de son prix. Pourquoi lui et pas nous ?
- A cause de la petite Suzanne. Toujours en train de tourner autour d’elle celui-là, à essayer de la tripoter. La voilà ta punition mon con ! »
Un coup de botte et ultime sursaut du corps de Willer.
"- Alors, les gars ? Pas besoin d’aller faire quelque chose ?
-Non, rien de spécial. Pourquoi ?
- Parce que sinon moi je vous…. (braquement de la winchester sur les deux autres), et pan du plomb dans vos culs !
-Ha bah si, du nettoyage. Ha oui, avec la chèvre morte, le sang et tout.
- Et toi Johnson ?
- Bah euh…hips…euh... Pareil que lui !"
Départ des deux duellistes, la queue entre le jambes .
"- Sacrebleu, rude le patron, à propos de sa fille.
- wep.
- D’ailleurs, la petite Suzanne ? Toi aussi tu…
- Minute, qui?
- Bah la jeune blonde, parfois à récurer les chiottes du saloon.
- Celle avec les gros nichons ? wep ! "
Soudain, arrêt de Johnson. Après un éclair de lucidité inespéré de sa part :
"Nom d'un crotin de cheval ! Bon bah plus qu’à changer de saloon moi..."
1
3
0
3
0