Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de 10214643571062942

Maioral

Belgique.
Retrouvez-moi sur Facebook
Maioral
Réécriture faite jusqu'au chapitre 13 /!\
Merci de ne pas lire la suite :)

Hedony est une femme indépendante, charismatique et rebelle. Ignorant tout de sa nature de succube, elle est assaillie de visions étranges qui lui vaut d'être kidnappée. Sauvée par Adhara, un descendant d'ange déchu auquel incombe une malédiction, elle doit finalement faire face à la réalité et chercher à percer le mystère sur ses origines hybrides pour comprendre pourquoi la communauté surnaturelle s'intéresse désormais tant à elle.

Récit fantastique, club valentine bienvenue.
Oeuvre ayant participé au concours Fyctia (Le murmure des anges) :)
Bonne lecture mes petits monstres <3

Photo de couverture © Apneatic
411
640
2624
212
Maioral
Dans un monde où les animaux ont disparu, Ixtli est la seule à pouvoir encore invoquer leurs esprits et en être possédée. Commandant Muñoz, intéressé par son pouvoir, fait d’elle son arme secrète qu’il utilise dans les guérillas. Mais c’est au cours d’une mission que la rencontre entre Ixtli et Eztli risque de tout chambouler. Derniers membres de leur peuple, ils déterreront de sombres secrets qui remettront tout en question.
109
278
1258
78
Maioral
Dréogène est une sorte de doppelgänger. Son peuple a pour unique but de remplacer son sosie humain. Cependant, lorsque Dréogène rencontre enfin son double, elle se rend compte que tout les oppose. La jeune femme est aussi délurée que Dréogène est réservée... La remplacer sera une épreuve bien difficile, si seulement elle y arrive...

En concours Fyctia :)
43
74
399
69
Maioral
Dans les années 1980, un mythe urbain dit qu'à Los Angeles, tous les rêves sont réalisables...


Photo © Sarah Hay
18
33
103
11
Défi
Maioral

Dès que j'ouvre la porte, le froid m'emporte. La chaleur automatisée s'enfuit, libre comme l'air. Debout depuis peu, mais pleinement réveillée par les températures minimalistes, je prends mon courage à deux mains. Car il m'en faut, du courage.
Le soleil se lève allègrement sur la campagne paisible. La brume épaisse recouvre la prairie d'un manteau opaque mais je les distingue au loin. La plus petite, dont l'âge reste approximatif, me souhaite la bienvenue par un hennissement strident. Son fils, à peine plus grand qu'elle et le plus téméraire de tous, s'approche en premier d'un air benêt. Les autres le suivent, ils s'élancent dans un galop énergique et maladroit sur l'herbe humide et tracent des sillons de boue derrière eux.

À peine avais-je sorti les jerricanes de la vieille voiture boueuse que j'étais assaillie par leurs vibrisses curieuses au bout de leurs museaux. L'intérêt qu'ils me portaient, à cet instant, mouvait leurs oreilles en ma direction. Chacun se bousculait pour étancher sa soif en premier, sauf Féline, la plus petite, qui se savait d'avance rejetée par les trois mâles aussi rustres l'un que les autres.
Les mains meurtries par le froid, je leur ouvre les jerricanes et balance la flotte dans la bassine en plastique noire bon marché. L'eau retombe par hoquet dans un glouglou entraînant. Diamand, le plus flegmatique, plonge son nez le premier. Son gabarit qui avoisine le mètre septante, sa forte stature de cheval d'obstacle et son fort caractère lui permet d'empiéter l'espace qui lui est dû. Sueño, un brillant espagnol que l'on aimait surnommer la trottinette, plaque ses oreilles en arrière jusqu'à les enfouir dans sa crinière ébène pour rejeter tout nouvel assaillant.
Il ne reste que les deux poneys. Mais Bambi, le petit rejeton blanc et roux, toujours aussi téméraire, n'a pas dit son dernier mot et se faufile entre les deux grands chevaux comme une anguille avec son petit caractère d'adolescent rebelle. Ni de une, ni de deux, il prend la place tantôt de Sueño, tantôt de Diamand.

Et moi ? Je souris. Les doigts gelés par l'eau froide et le vent mordant, mais je tiens bon et vide le deuxième jerricane dans le bac. La scène prend fin, les deux chevaux ont fini de boire et paissent tranquillement l'herbe rase.

Je passe une main sur le poitrail de Bambi qui reste toujours avide de câlins et de caresses. Son poil de nounours est doux mais je sens la terre s'incruster sous mes ongles quand je le gratte amicalement. Il étend son encolure et remue le bout de son nez en une mimique amusante. Lorsque j'arrête, il rejoint les autres.

Je les admire, avec cette satisfaction personnelle, après tous les efforts fournis et tous ceux à venir. Et chaque matin, c'était la même ribambelle de singeries qu'ils m'offraient, chacun à sa façon. Diamand, le géant impassible, Sueño, le leader protecteur, Bambi, la canaille, Féline, la réservée. Chacun m'offrait un de ces moments de pure bonheur. Une présence, un souffle, un regard, des oreilles pointées en avant ou la promesse d'une caresse.
Ils faisaient partie de mon quotidien, partie de ma vie et de mes objectifs. Ils font littéralement partie de moi...
Ils sont Moi.
10
28
5
2
Maioral
« Je n'avais jamais su où était ma place, ni quel était mon but dans la vie. J'en avais absolument aucune idée. C'était difficile pour une enfant comme moi de savoir ce que je voulais devenir, mais le jour où j'ai découvert le sens de ma vie, je me suis promis de tout faire pour réaliser mon rêve... Celui de devenir danseuse étoile. Peu importe les embûches qui sèmeront mon chemin, j'irai jusqu'au bout, quoi qu'il en coûte. » Nana.
10
26
163
46
Défi
Maioral
Si Evange est une fille des plus courageuse, c'est bien pour sa passion. Le cheval, le seul l'unique, l'obsession de sa vie. L'équitation est pour elle, une passion dont elle voudrait faire son métier. Contre toute attente, son professeur d'obstacle, cavalier émérite de concours hippique de saut, lui propose de travailler pour lui. Une occasion rêvée pour elle qui n'aspire qu'à la reconnaissance de son talent et surtout de son dure labeur. Mais son professeur a trente ans de plus qu'elle et semble particulièrement intéressé. Evange serait-elle prête à donner corps et âme pour aboutir à la réalisation d'un de ces rêves ?

Quelle est donc cette limite à ne pas franchir pour notre passion ? Continuer ou abandonner ? Entre rêve et cauchemar, les doutes sont assaillants et la réalité toute autre...
10
6
16
5
0