Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Annabella_007

4
œuvres
2
défis réussis
2
"J'aime" reçus

Œuvres

Défi
Annabella_007


Oh amour, si tu savais à quel point tu nous casse les couilles, non sans oublier le fait que tu nous compliques la vie. On espère tous t’avoir, mais dans nos cœurs, la haine demeure tout aussi présente, se mêlant le plus souvent aux sentiments, pour finir par ne faire qu’un seul corps, pour ne pas dire un sacré cocktail Molotov. Car en effet, comment croire en l’existence d’un crime passionnel, autrement dit, comment en arriver à tuer l’être cher et aimer, si ce n’est au nom de la haine. La haine étant le contraire de l’amour. Je peux en effet tuer par amour, mais cela s’inscrira le plus dans l’ordre de la vengeance, sachant qu’on ne peut aimer et tuer, aimé étant parallèle à la mort. Au nom de l’amour, venger l’être aimé me paraît être un sentiment des plus humains, tel un père ou encore une mère qui décidera de venger son enfant injustement tué. Mais cependant, l’amour s’associe quelquefois à la mort et je le conçois, telle une mère éplorée et meurtrie qui décidera finalement de laisser partir son fils tétraplégique au bout de plusieurs années d’un combat acharné, en lui donnant la mort. La mort qui paraît pour le coup salvateur et libérateur, sachant que c’est par amour, que cette pauvre mère éplorée accordera à son enfant ce repos tant souhaité. Je ne peux que dire oui, par amour, l’on se retrouve le souvent face à la mort. Oui, par amour et au nom de l’amour, il demeure possible de soulager en euthanasiant l’être aimé.
Mais il n’empêche qu’il y a amour et amour, aimer jusqu’à en mourir, c’est la plus belle des histoires que puisse rêver certains. Aimer jusqu’à en perdre la tête, non, jamais de la vie. Sachant que je suis de ceux qui préfèrent être aimés plutôt que d’aimer et le top des tops, demeure un amour partagé, réciproque. D’aucuns disent que l’amour n’existe pas, mais qu’il n’existe que des preuves d’amour, ce qui demeure bien vrai, l’amour ne se mesurant que par l’intérêt, l’attention, l’importance et la passion que te suscitent la personne. J’aime bien l’idée d’aimer et d’être aimé en retour, tout en gardant ma tête bien droite sur mes épaules, sachant que l’amour se révèle bien plus dangereux que la mort et ce n’est que normal d’exercer et de garder sur lui, un minimum de contrôle et d’emprise. Je ne suis donc point de ceux qui tueront par amour, par jalousie ou encore par passion envers son conjoint ou sa conjointe, sachant qu’il faut également savoir lâcher prise, aimer, libérer et laisser s’en aller par amour et au nom de l’amour, l’être cher et aimé. Mais cependant, autant il y a de vie et de destin sur terre, autant il y a de l’amour et des histoires autant édifiantes que répugnantes se liant à l’amour. Autant je conçois l’idée de devoir voler par amour pour pouvoir nourrir les membres de ma famille, autant je trouve aberrant de tuer son conjoint, sa conjointe, son rival ou encore sa rive pour une querelle amoureuse, pour histoire d’amour, pour un mariage qui prend fin, sachant que tel un voleur, l’amour vient et s’en va quand on ne s’y attend le moins.
L’amour, c’est ce dire que tout est possible et effectivement en amour, tout demeure possible, le pire y compris. Aimer jusqu’à l’impossible, notamment en temps de catastrophe naturelle, de guerre, de famine et d’apocalypse, correspond purement et simplement au fait de devoir se surpasser, non seulement par amour envers les siens, mais également par amour envers l’humanité. Sachant que par amour, je me sacrifierai s’il le faut, je prendrai la défense, je me battrai et j’irai jusqu’au bout, à la limite même de l’impossible pour pouvoir sauver des vies. Je tuerai par vengeance s’il le faut et surtout j’aimerai sans rien attendre en retour, telle demeure la façon dont je conçois l’amour, en privilégiant l’être sur le paraître, le naturel sur le superficiel, la beauté de l’âme et du cœur, sachant que la beauté physique seule ne suffit point. L’amour demeure à mon sens un tout, dans lequel le bonheur, la joie, la passion et la magie côtoient l’obsession, l’oppression, la possession, la jalousie, le danger et la mort. Il n’y a donc rien de mieux et de meilleur que d’arriver à trouver son équilibre dans ce sacré mélange, afin de ne point sombrer, tout en sachant qu’à chaque situation, s’applique un amour particulier et cela dépend de qui, de l’être aimé, selon qu’il s’agit de ton enfant, de tes parents, de tes proches, de tes amis, des inconnus et autres. Alors aimons-nous vivant, savourons, aimons éperdument avec contrôle et modération, mais ne carburant point aux coups de foudre, car ils ne durent point une éternité, tandis qu’intemporel, incommensurable et indéfectible se révèle être l’amour, le véritable, celui avec un grand « A ».
1
2
0
4
Défi
Annabella_007


Agréable, douce et belle demeure le petit ange, même présentement endormit. Vanille, quel beau prénom pour une petite princesse, car de toi, le monde se souviendra de ta douceur et de ton innocence. De toi, le monde se souviendra de ton histoire qui un jour bouleversa tout sur son passage, au point d’engendrer dans nos cœurs meurtris, de la haine et de la rancœur, face à autant de cruauté. Adultes nous sommes, mais coupables nous sommes également, sachant que nous n’avons pas pu et su comment te protéger face à l’ignoble.
L’ignoble qui au nom de la préméditation, aura réussi à t’arracher précocement à cette terre mère, tout en espérant avoir également eu à effacer ici-bas, ton si beau sourire, alors qu’il n’a fait que t’inscrire et te graver à tout jamais dans nos cœurs et dans nos mémoires, car dorénavant, nul n’oubliera ton passage bien que bref sur cette terre. Nul n’oubliera ton nom, ton histoire et ton visage angélique qui à ce jour, nous aide à lire d’entre les lignes et à nous convaincre du fait que l’ignoble existe bel et bien et qu’il peut malheureusement s’en prendre à tout le monde, y compris aux tous petits anges comme toi. Il ne nous reste désormais plus que des mots, mais également nos yeux pour te pleurer, tout en sachant que parmi nous, se cachent des méchants loups sanguinaires. Et plutôt connus pour être des lâches, ces derniers demeurent le plus souvent tapis dans l’ombre, dans la peau d’un agneau, avant de bondir et de s’attaquer au plus faible que soi, en l’occurrence aux petits anges comme toi, le diable n’ayant de pitié pour personne, encore moins pour une victime innocente, sans défense et complètement à sa merci.
Oh ma petite Vanille, j’aurai bien aimé que tu te défendes ce fameux jour-là, mais injuste demeure la vie, d’autant plus que c’est celle à qui tu dois la vie, qui te l’a reprise mais de la plus abominable des façons. Il ne nous reste de ce fait rien de notre humanité, si ce n’est la douleur et le fait de devoir dès aujourd’hui, pouvoir apporter des réponses et des solutions, pour ne pas que nous ayant encore sur nos mains, le sang d’autres petits anges. Pour que ne pas que vienne s’ajouter dans l’histoire et sur la liste déjà bien long comme le bras des pauvres enfants tués un petit peu partout dans le monde, bien d’autres petits(e)s « Vanilles ». Alors repose en paix petit ange et soit-en sûr que la terre te vengera, aussi longtemps que tu fus à ses yeux une perle rare et précieuse.
1
2
0
2
Annabella_007
Partie de son Congo natal pour ne rien gagner, car poussée par la pauvreté et le goût de l'aventure, la jeune Rose ne jurant que par une Europe à tout prix, car pensant et croyant que l'herbe demeure verte chez le voisin, se lancera sans réellement le savoir dans une aventure sans pareil et au péril de sa vie, avant finir au fin fond de la Méditerranée comme la plupart de ses chers frères et sœurs africains dits "les Migrants", si jeune et avec les rêves plein la tête.

Mais bien avant, dans le chaos Libyen et dans la plupart des pays d'Afrique traversés, elle devra malgré son jeune âge, se battre pour suivre dans une jungle des plus impitoyables au monde, entre la prostitution, le racisme, l'esclavage sexuel, la désillusion, le désespoir et enfin la mort.
0
0
0
34
0